Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe !

Burn-out: Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe !

Un pervers narcissique, ou manipulateur, est un sculpteur confirmé de burn-out chez autrui. S’il est dans votre équipe, il pourra s’attaquer, au choix, à l’un de vos collaborateurs ou à vous-même. A moins qu’il n’utilise son 6ème sens, celui qui lui permet de répondre instinctivement aux besoins enfouis de chacun avant de dégainer l’arme suprême de la culpabilité, pour anéantir l’une après l’autre toutes les personnes un tant soit peu fragiles. Il faut agir avant de lui laisser le champ trop libre, agir avant d’assister aux démissions de vos collaborateurs les plus efficaces et investis, agir avant de ressentir vous-même un malaise trop fort, qui risque fort de vous rendre… moins fort. Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe ! Et évitez-vous un burn-out.

 Atelier-sos-burn-out

Du paradis au burn-out, il n’y a qu’une personnalité…

Un nouvel arrivant dans votre équipe. Il a l’air très bien, ce Monsieur. Très compétente et humainement investie, cette Dame. Vous vous sentez reconnu, compris. Presque fasciné. Il/elle vous valorise et vous encourage à la confidence… que vous ne lui refusez pas, tant le courant passe entre vous. Un courant tout doux, d’abord, qui sans que vous ne compreniez comment, devient progressivement du 220 V bien trempé et finit par vous électrocuter. Le climat, peu à peu, s’éloigne de l’idéal et se fait cauchemardesque. Monsieur, Madame, était ce que l’on appelle un(e) pervers(e) narcissique. Mais vous ne l’aviez pas démasqué(e). Attention risque de burn-out ou de harcèlement  en vue !

Le nombre de ces manipulateurs serait en nette progression ces dernières années. Leur piège est sans pitié : ils se présentent tels que leurs proies souhaitent les voir, résolvant leurs problèmes les plus intimes, avant d’utiliser l’ascendant pris sur leurs victimes pour mieux les dévaloriser, usant et abusant de petites phrases aussi anodines qu’assassines, s’appropriant leurs idées tout en les dénigrant. Cela prend des mois, parfois des années. Le fait est que la personne vous dévore littéralement de l’intérieur. Elle vampirise votre énergie vitale, comme pour y trouver son propre carburant. Les manipulateurs sont des maîtres es burn-out.

Et si vous-même ne succombez pas, c’est peut-être que le pervers manipulateur a choisi une autre victime de son processus destructif. Un collaborateur qui risque sa santé (et c’est toute votre équipe qui en fera les frais !), perdant confiance en lui, devenant irritable, se renfermant sur lui… Un collaborateur très, très proche du burn-out.

Et si les identifier permettait de contrer à temps ces artisans d’épuisement professionnel ?

Un pervers narcissique, pervers ou narcissique ? Ou comment  démasquer  et contrer un manipulateur façonneur de burn-out.

Votre nouvelle recrue vous semble trop parfaite pour être honnête ? Voici, au cas où elles vous parleraient, quelques caractéristiques récurrentes chez les manipulateurs/trices… et des conseils pour parer chacune d’elles.

 1. Il répond très souvent de façon floue : demandez-lui de préciser sa pensée, en rapportant systématiquement vos échanges aux objectifs et plans d’action. Avec un manipulateur, parlez concret. Et, surtout, restez dans un cadre strictement professionnel. Ne vous aventurez surtout pas sur le plan de l’émotionnel ou de l’affectif qui vous mènerait tout droit à la case burn-out (vous ne passeriez même pas par la case départ).

 2.  Son comportement, ses opinions, ses sentiments changent en fonction des situations et des personnes qu’il côtoie : mettez-le face à ses contradictions, quitte à vous servir de mails et autres pièces à conviction comme preuves de son caméléonisme. Dévoilé, son petit jeu se retournera contre lui… il le délaissera vraisemblablement.

3. Sans en avoir l’air, il critique, dévalorise et juge, mettant en doute les qualités et compétences de ses collaborateurs, attaquant leur personnalité : ne gardez en tête que votre propre opinion au sujet des membres de votre équipe. Vous connaissez chacun d’eux, son niveau de performance et sa capacité à traiter tel ou tel dossier. Vos objectifs ne sont pas ceux du manipulateur… qui voudrait pourtant vous faire croire le contraire. Il vous parle (en bien ou en mal) d’un membre de l’équipe ? Demandez-vous ce qu’il a à gagner, lui, en vous donnant cette « information ».

 4. Il est passé maître dans l’art du « diviser et apeurer pour mieux régner » : si votre suspect part en vacances et que l’ambiance devient mystérieusement plus sereine… c’est qu’il n’y a, justement, pas de mystère. Seulement l’absence du colporteur de rumeurs et de méchancetés. L’absence de celui qui sème zizanie et suspicion, stress et angoisses. Plus personne pour dire que le licenciement se prépare et que la boîte est sur le point de couler. Profitez-en pour faire des points réguliers avec l’ensemble de votre équipe, à qui vous pourrez enfin fournir de vraies informations, désamorçant les inquiétudes, sans vous faire contrer aussitôt la réunion terminée. En revenant, il sera malaisé pour le manipulateur de replonger tout le monde, désormais correctement renseigné,  dans ce climat de crainte propice au burn-out.

 5. Il évite les entretiens, s’échappe de réunion, prétextant toujours un rendez-vous de dernière minute chez un client ou des tonnes de travail urgent : souvenez-vous que le manager, c’est vous !!! Rappelez-lui ses obligations par mail et conservez les preuves. Un manipulateur est loin d’être bête : il comprendra assez vite qu’il lui est impossible de se faufiler ainsi, telle une anguille, sans que cela ne lui porte préjudice d’une manière ou d’une autre. Surtout, ne le laissez pas prendre l’ascendant sur vous ! VOUS dirigez. IL doit se plier à cette hiérarchisation des décisions.

6. Mettant en avant l’ignorance (même imaginaire) des autres, il fait croire à sa supériorité : soyez attentif à la manière qu’il a de charger de boulot ses collègues pour en récolter, lui, les fruits. Dévalorisant publiquement un collaborateur qu’il aura mis sous sa coupe, il utilise son travail (qu’il critique par ailleurs) pour se mettre en lumière. En tant que manager, vous devez repérer ce genre de comportement pour éviter que soit harcelé moralement l’un des membres de votre équipe ou qu’il fasse un burn-out!


D’autres pistes pour démasquer et contrer un collaborateur manipulateur et source de burn-out? Une expérience en la matière ? Notre blog est ouvert à vos récits et suggestions.

Je vous souhaite une bonne semaine et vous donne rendez-vous mercredi prochain 🙂

Karine Branger

77 réflexions au sujet de « Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe ! »
  1. Bonjour,

    Je travaille actuellement pour la nouvelle émission de Frédérique Lopez qui sera diffusée sur France 2 à la rentrée. Dans ce cadre nous recherchons des personnes qui ont été ou qui sont actuellement en situation de burn out.
    N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations.

    Merci

    Lina
    Rédaction Mille et une vies
    01. 53. 84. 29. 91
    Lahlou.lina@reservoir-prod.Fr

  2. Bonjour
    J’ai eu l’occasion de travailler dans plusieurs entreprises et dans une sur deux il y avait un PN et bien sûr quelques moutons bien enrôlés pour finir de vous détruire. J’ai fait quelque chose de très vilain dans la dernière ets que je viens de quitter (fin de cdd) : j’ai réussi à piéger ce PN en utilisant les mêmes procédés que lui. Le résultat fut spectaculaire mais pff faire c’est usant et j’ai beaucoup culpabilisé donc je ne le re ferai qu’en dernier recours.

  3. Bonjour, je suis aussi concerné par début d harcèlement moral par une collègues russe qui sais à paine dire 3 mots en français, je travaille avec elle depuis 7 mois et j ai occuper un autre poste il y a 19 mois moin s près d elle, je l ai dis au patron et j ai bien précisé que elle été perver narcesique et elle m harcèle moralement, qu elle a essayé de me manipuler,elle à pas réussi, puis essayé de me faire craquer,,, sans succès, les collègues sont au courant,on vu certains geste et sous estime à mes propos…bref,je la laisse pas continuer dans son sens, je vais la coincé et avoir des preuvs elle s arrêtera… Je me sens forte par à pour à elle qu elle ,j espère que vous trouvez la force au font de vous pour pas craquer, quand vous recevez une remarque ou insulte…….trouvez le moyen de lui envoyer la balle en restant dans le professionnel, je Paris que c’est possible

  4. Points remarquables, mais je suis en désaccord avec la démonstration du point numéro 4:
    « si votre suspect part en vacances et que l’ambiance devient mystérieusement plus sereine »

    Au contraire, j’ai pu observer que les collaborateurs continuent à parler du manipulateur lorsqu’il n’est pas présent.
    Comme si la volonté de lui faire plaisir passait devant leurs propres idées.
    Les manipulés essayent constamment d’imaginer (subjectivement) si le manipulateur approuverait, à la suite et par-dessus leurs propres idées (objectives).
    Une vraie paranoïa, on dirait que son fantôme reste présent !

    S’il est vrai que le manipulateur cherche à diviser, il le fait plutôt par le biais de son « discours changeant en fonction de l’environnement ».
    Par exemple lorsqu’il vous dit une chose en privée, puis son contraire en public, semant le doute à l’intérieur de vous.
    Toujours oralement et flou, pour éviter la traçabilité.

    Le seul moyen que j’ai trouvé pour se défaire de cette « ambiance mystérieuse » ou sensation de mal-être, est de prendre définitivement ses distances.
    Ce qui passe malheureusement par une démission.
    Si l’on anticipe son retour (ex: de congé) ça ne fonctionne pas.

  5. Bonjour,
    Pour moi tout a commencé il y a 3 ans. Nous avons accueilli à bras ouverts une collègue qui semblait sympathique et dynamique. Je n’ai au départ pas eu de problème avec cette personne. Une de mes collègues a, en revanche, eu des soucis relationnels dès le départ. J’ai tenté d’arranger les choses, avec succès à l’époque. L’ambiance de travail était redevenue détendue. Toutefois notre nouvelle collègue faisait souvent des oublis très préjudiciables et quand je lui en parlais à la demande de notre hierarchie qui trouvait ces erreurs inadmissbles (après tout tout le monde à le droit à l’erreur, elle débutait) elle me répondait sans cesse « ce n’est pas ma priorité ». L’ambiance de travail s’est alors dégradée. Nous travaillons à plusieurs équipe dans le même espace et avait noué des liens d’amitié avec les membres de cette équipe. A partir de ce moment l’autre équipe a commencé à nous « pourrir la vie ». Ma supérieure hierarchique directe en a été informée et nous a alors expliqué que cette équipe était à son sens responsable de tout et que des travaux était prévu pour séparer les deux équipes. (cela n’est pas encore fait un an après… dans les deux mois à priori)
    Par contre l’attitude de notre collégue s’est totalement modifiée, en proie apparement a des problèmes personnels, elle ne faisait plus du tout son travail (je travaille dans le milieu de la santé, dans une clinique, elle ne s’occupait plus des patients) elle ne faisait jamais ses taches de travail que nous étions forcées de prendre en charge, la majorité de l’équipe s’en plaignait, c’était l’enfer, elle ne m’adressait plus du tout la parole, les rares fois où cela arrivait c’était pour m’humilier, mais par contre continuait à plaisanter et rire avec les membres de l’autre équipe. Dès que j’ouvrais la bouche elle me disait que je lui parlais mal, que je l’agressait en permanence. même en étant le plus doux des agneaux j’étais à priori agressive. Je ne savais plus quoi faire. Puis nous avons appris qu’elle chercher à changer de service :un service où elle avait sympathisé avec les membres et qui devant ses compétences (non mises en valeur chez nous tant elle était critiquée) et étant donné la façon horrible dont elle disait être traitée l’accueillait alors les bras ouverts. malheureusement c’est un remplacement très prisé et dans la convention de travail elle se retrouvait en bas de la liste des personnes prioritaires pour obtenir ce pose. Elle est allée voir notre responsable de service en pleurant, se disant victime de harcellement moral de ma part. Une de ses amies de notre équipe à fait de même (elles y sont d’ailleurs allées ensemble), en pleurs également elle a expliqué à la responsable de service que j’avais inventé une rumeur la concernant (rumeur dont je n’avais jamais entendu parler d’ailleurs mais qui faisait le tour de l’établissement). La responsable après entretiens individuel avec l’ensemble de l’équipe à identifié que je n’avais pas de responsabilité dans cette rumeur et en a informé ma collègue (mais je cite ses propos »on m’a dit que c’est toi alors la chef peut dire ce qu’elle veut moi je suis sûre que c’est toi »)… et ma fameuse collègue a été recadrée puisque toute l’équipe a expliqué qu’elle faisait effectivement mal son travail, jouait avec son portable toute la journée, copinait à droite et gauche en oubliant son travail… il y a eu un léger mieux et pour apaiser les choses elle a été transférée provisoirement dans le service où elle souhaitait aller en attendant l’attribution définitive du poste. Mais depuis elle est repartie dans ce que j’appelle sa phase « up ». Humiliation, diffamation, mensonge, bâton dans les roues, à part le noyau de notre petite équipe, je subis cela de toutes les amies qu »elle a à travers les services. Je suis très investie dans mon travail et appréciée par la hierarchie et elles semblent vouloir prouver que j’usurpe ma position, que je ne suis pas aussi compétente que mes supérieurs le pense. M’attaquer sur ce que je suis personnellement était une chose que je pouvais gérer, j’ai toujours estimé que j’étais avant tout là pour faire mon travail correctement et pas pour me faire des amies, mais qu’elle commence à attaquer mon travail me perturbe et me fait peur…. Je ne sais plus quoi faire pour que tout cela s’arrête et qu’on me laisse travailler en paix loin de toutes ces mesquineries. mes collègues proches me disent de laisser couler et qu’un jour son incompétence et toutes ses magouilles vont être démasquées mais en attendant elle me pourri la vie et c’est très dur. Je pleure le soir en rentrant chez moi, envisage de changer de travail (alors que ce poste me plait vraiment). Je ne sais plus quoi faire pour qu’elle me laisse tranquille….

  6. Bonjour

    Comme vous pouvez vous en doutez, je vis moi aussi un cauchemar constant avec un pervers narcissique au travail.
    Voila déjà plus de 12 ans ( et oui vous lisez bien 12 ANS) que je dois faire fasse aux agressions ( bien entendu indirect et non verbale ) de ce satire mental.
    Je passe mon temps à faire face à des attaques indirects, des petites piques quotidiennes, et lâches d’une personne qui n’a que du mépris pour moi et qui ne souhaite qu’une chose … me voir agonisé au fond d’un trou
    sans plus aucune énergie pour me défendre, bien entendu il me casse par derrière sans arrêt, manipule mes autres collègues de travail pour les retourner contre moi, se qui a engendré des disputes assez violente avec l’un d’entre eux , n’hésitant pas à utiliser le mensonge à ses fins . Il a même réussi à en manipuler un à la perfection pour en faire son petit toutou bien docile et obéissant lui rapportant tout mes faits et gestes, variant ses humeurs, apparaissant comme quelqu’un de sympa aujourd’hui et tout le contraire le lendemain le but étant de me déstabiliser de me faire culpabilisé au maximum, de me faire me remettre en question, le pervers narcissique LUI ne se remet jamais en question (a croire que ces gens la n’ont pas d’âme)Très souvent quand je me lève le matin pour travailler je suis pris de violent vomissement et fatigue constante, comme si mon énergie vital m’abandonné. Bien attendu cet individu malsain fuit l’affrontement quand on le met en fasse de ses actes et bien entendu comme tout les PN le font, se positionne en victime quand il se sent en danger ou démasqué et il le fait très bien. Son rêve se serai que plus personne au travail ne me parle ou m’apprécie, de me voir isolé dans un coin ne participant plus aux conversations de bureau comme c’est souvent le cas. Des qu’il en a l’occasion il sabote mon travail quand j’ai le dos tourné surement dans le but de me faire perdre peu à peu confiance en mois. Aujourd’hui j’ai peur pour ma santé mental, soit je fini chez les fous , soit je le tue de mes propres main, soit c’est moi qui me tu. Il n’y a pas d’échappatoire, démissionné peut être…

  7. Bonsoir,

    malheureusement quelques fois on a pas d’autres choix que de quitter son emploi pour sa propre santé mentale. C’est injuste mais salutaire

  8. Bonsoir,
    Je travaille dans une coop agricole depuis 14 ans, ma supérieure hiérarchique X est une MP, je me suis culpabilisée lorsque je l’ai dénoncée en 2009 : elle joue sur internet et surtout me surcharge de travail depuis des années. Mme X a recommencé de me harceler, odieuse, j’ai remis un courrier à la direction Mme Z., nous avons été séparée de bureau. J’ai enfin compris, Mme X se fait passé pour victime alors qu’elle est un bourreau !
    Je suis déléguée du personnel et surtout pas soutenu par la direction ! C’est usant, nous allons vers une médiation … Quel conseil ?

  9. Que faire si le PN est le patron, seul et unique patron, c’est une boîte de seulement trois employer?

    J’attend votre réponse impatiemment

    Michel

  10. Chère Christine, merci beaucoup pour ton commentaire que je viens tout juste de lire, je suis tellement touchée que j’en ai les larmes aux yeux. Un an s’est écoulé depuis, j’ai essayé de le coincer d’avoir une explication quelques mois plus tard mais rien il m’a dit : penses ce que tu veux ! et depuis j’ai coupé tout contact, cela est hyper difficile on s’évite à un point incroyable, pour ne pas se croiser et ne pas avoir à dire bonjour. AUjourdh’ui je vais beaucoup mieux, j’ai repris mon poids normal (j’avais perdu 10kg avec ce problème), je fais beaucoup de sport, retrouvé le sourire et quelques amis et j’ai des projets dans la vie (nouvel appart,…) mais ma vie sentimentale est toujours au même point, et le fait de le voir me mépriser me fait du mal mais je vais essayer de complétement en guérir avec vos conseils…n’aimer que les gens qui m’aiment 🙂 Je te souhaite cela dit plein de bonheur et beaucoup de chance dans ta vie.

  11. Bonjour à tous,

    Voilà le récit de mon expérience malheureuse qui a failli me coûter la vie.
    La 1er fois que je la voie, je ne sais pas mais rapidement j’étais mal à l’aise, le courant ne passait pas et puis progressivement elle est venue vers moi. J’étais sa responsable, je ne pouvais pas rester sur ce 1er avis, il fallait communiquer, la 1ere année a été facile, j’avais globalement de bons résultats. Mon entourage m’appréciait et appréciait surtout, je crois, mon fonctionnement sur la prise en charge de difficultés, de dossiers
    A partir de la 2nd année tous a dérapé, je suis allée trop loin dans ma relation avec ce PN. Elle a planté ces crocs et a lâché son venin. Elle a découvert ma faille, et l’a exploitée, je ne souviens de ces phrases assassinent, du genre : » comment tu fais pour supporter ça, ils te haïssent »,  » quelle est ta botte secrète pour venir chaque matin »,…A la fin, elle avait réussi, je me sentais détestée, haie par tout le monde et le plus important je me détestais, je ne me sentais plus à la hauteur. Je ne dormais plus, je n’arrivais même pas à écrire un message, jusqu’au jour fatidique de ce jeudi 29 novembre 2012 où tout a failli basculé, sauvée par l’appel téléphonique de ma sœur . Je m’en souviendrai toute ma vie, de cette descente en enfer.
    Si aujourd’hui je suis encore là, je le dois à ma sœur et à mes filles et ma psychologue. J’ai dû être hospitalisée pendant 1 mois dans un service psychiatrique.
    Aujourd’hui ça va mieux, cet épisode j’en ai fait une force, je suis redevenue moi-même.
    Grosso modo, ne faites pas comme moi, parlaient en à des professionnels.

  12. J’ai eu une patronne PN et le plus dur au début est de se débarrasser du sentiment de culpabilité qu’il fait naître en nous et aussi de reconnaître qu’il s’agit d’une personne qui agit avec méchanceté. La plupart d’entre nous ont du mal à considérer le fait que quelqu’un puisse être profondément méchant, on lui trouve des excuses, on se dit qu’on est paranoïaque, bref, on porte une partie de l’odieux du comportement pervers. Une fois le problème reconnu, et c’est plus facile lorsque quelques collègues ont vu les mêmes choses, il faut se protéger. Toutefois, le pervers étant ce qu’il est, s’il est votre chef, il gagnera toujours… Néanmoins, on peut se protéger :
    1) Ne jamais parler de sa vie privée au travail (c’est une nourriture essentielle au pervers).
    2) Toujours être courtois avec lui, il n’attend qu’un débordement de votre part. Il se pose déjà en victime et votre comportement lui donnera raison aux yeux des autres.
    3) Avoir des traces de vos échanges, le pn préfère la communication orale qui ne laisse pas de trace. Il vous dit le projet est pour le 16 septembre, vous le prenez en note, et arrivé là il vous dira que c’était pour le 7 ! Toujours des traces écrites.

    4) Fuyez, cherchez un emploi. C’est ce que j’ai fait. Ce sont des vampires de l’âme, des bouffeurs d’énergie. Après trois ans, j’étais vidée.

  13. Bonjour,
    Je tiens à vous remercier pour ce site et vos conseils.
    Dans mon entreprise, dans un projet, je viens de me rendre compte que j’avais affaire à un PN grâce à un échange de ce jour avec une personne qui m’a ouvert les yeux.
    Il est bavard et sympathique en dehors des sujets professionnels.
    En réunion, il dénigre publiquement mon travail en prétextant que ce n’est pas lui qui le dit mais les autres.
    Il dénigre aussi le travail d’autres personnes du projet.
    Il est toujours flou et agressif quand je demande des explications complémentaires. Quand je lui explique que son comportement est difficile, il devient encore plus agressif.
    Ces difficultés me tapent sur les nerfs et empêchent mon sommeil.
    J’ai décidé de mettre en place les actions suivantes immédiatement et de faire un point sous 1 mois pour voir si cela s’arrange (le cas échéant, je mettrai en place le plan suivant).
    Actions immédiates :
    – leur poser systématiquement calmement les limites à ne pas dépasser : « je ne te permets pas de parler de mon travail ici de cette manière là » ;  » Je ne te permets pas de dire cela »
    – demander lui de préciser sa pensée
    – ne pas les laisser prendre l’ascendant sur moi ; je dirige ma barque et bien 🙂
    – prise de distance : changement de bureau sur le plateau projet
    – en réunion : ne plus donner la réplique, juste parler seulement quand on me le demande et écouter
    – recadrer avec la responsable mes actions à faire pour délimiter mon champ de responsabilité
    – programmer des réunions de travail : objectiver les sujets avec un support préparé à l’avance
    – ne plus parler en dehors des sujets professionnels : garder une distance totale avec lui
    – informer ma hiérarchie, la responsable projet et le directeur de programme (avant le hiérarchique) des actions que je mets en place. Montrer ses 2 mails assassins.

    Actions sous 1 mois : si pas d’amélioration
    – demander à ma hiérarchie un changement de projet et en parler en parallèle avec le directeur de programme (intérêt : le tenir informé).
    – voir médecine du travail si problème de sommeil

    Si vous avez d’autres avis ou conseils, je suis preneuse.
    Encore merci

  14. Voilà ,je vais vous racontez mon histoire cela fait bientôt 16ans que je suis dans la même entreprise et il y a 3 ans j ai du me faire opéré du dos et repris mon emploie un ans après avec changement de poste qui au début était super a part que depuis plus de 1ans j ai une collègue qui n arrête pas de me lancer des piques et se moque constamment de moi derrière mon dos en disant a tous le monde que je ne veux pas bosser et que je critiques tous le monde alors que je ne dis rien .Alors que ce n est que elle qui parle bête il a fallut que je me mette en dépression pour qu a mon retour la plupart de mes collègues ne m adresse plus la parole a cause de cette peste je ne sais plus quoi faire je ne dors plus les nuits et le matin quand j arrive a mon boulot j ai envie de vomir avant de commencer tellement j en ai marre de cette ambiance et je ne sais plus quoi faire …si quelqu un peu m aider et me dire quoi faire sa m aiderai car je suis perdu

  15. Bonjour j’étais venu discuter de mon histoire avec une collègue manipulatrice perverse il y’a qq mois.Je tenais a vous dire ou je suis aujourd’hui.Pour résumer,il y’a 3ans j’ai rencontrée une collègue avec qui j’ai très vite accroché.Nous étions devenu inséparables.Au fil du temps,son comportement s’est mi a changer,elle alterner le chaud et le froid,me dévaloriser,me séduisez et me rejeter.Elle me tourner le dos quand je parlais….bref bcp de remise en. Question en pensant que c’est moi qui avait un problème,du coup je me rattraper tt le temps,comme si tt était de ma faute.Jetais devenu dépendante affective.Elle jouissait a chaque fois que j’allais mal et me replier sur moi même,jamais d’excuses,au fur et à mesure,elle en a profiter pour s’accaparer les collègues avec qui je m’entendais super bien,en racontant que c’est moi qui avait un problème.Et quand je leur expliquer les choses,elles me répondaient toutes,on sait pas quoi penser.On vous apprécies tt les deux.Cest peut être toi qui est trop sensibles.Bref pas de soutien,je me suis senti seule et isolée.Je suis passée par une dépression,un brun out,me mettant en arrêt très souvent.Je suis suivi par une psychologue.A l’heure d’aujourd’hui,je me reconstruit petit a petit,j’ai réussi à comprendre pk j’étais tomber dans ce type de relation et que je devais apprendre a vivre pour moi même et à m’aimer.J’y travailles et j’y arrive,mais j’ai encore bcp de mal à reprendre confiance en moi.Ce qui ma bcp aider,c’est que j’ai su m’entourer des personnes qui m’apprécier vraiment.Jai réussi à mettre un nom sur ce que je vivais.Aujourdhui je l’ignore totalement.Ca l’agace et essai de revenir mais je la laisse pas entrer dans mon cercle.La seule chose aujourd’hui qui m’agace,c’est qu’avec les autres elles montrent une autre image d’elle.Et tt le monde l’adore.Ce qui fait qu’elle se sent forte et cas e voit.Et du coup je passe pour la fille sensible .Jai une question:voyant que je l’ignore totalement,ça évitait la rendre mal et pourtant quand je la voi avec les autres collègues,je l’a sent hyper bien,est ce vraiment le cas?Ou bien est ce en apparence?Merci

  16. Je suis cadre dans une grande entreprise depuis 2ans et j’ai ete victime d un pn pendant 1 an.Quand je suis arrivée a ce poste, il ne m a pas lâchée, il a dit souhaiter être mon ami que je pouvais lui faire confiance. Puis rapidement il a dit m aimer, qu’on aurait du se rencontrer avant. Il me posait des questions de plus en plus indiscrètes, des fois je me rebiffais et il revenait a la charge différemment. Il a agit en montant tranquillement en puissance. Des fois il se moquait de moi devant ses subordonnes, ou il prétendait faire la fête avec personnes, mais en réalité il s’inventait une vie. (Je ne l ai compris qu après)j ai fini par l avoir en tête en permanence. Au bout de 8 mois j’acceptais qu’il vienne mater des filles en lingerie sur mon pc!je devais être a sa disposition, il regardais mon planning et il m appelait tout le temps. Je prenais ça pour de l amour et j avais très peur qu il m abandonne. Je n arrivais pas a lui résister. Il voulait que je l aime et que les autre nous croient couple adultérin, mais la je ne cédais pas. Je me rebiffais quand il essayait de me toucher. Un jour il a été trop loin avec une autre femme devant moi et j ai explosé. J’étais bêtement jalouse. Mais ce jour la je me suis dit que j avais un problème, que je ne comprenais pas ce qui m arrivait, pourquoi en un an j en étais rendue a ce point la alors que j ai un conjoint et un enfant et que je les aime (lui aussi est marie et a des enfants). Sous lexomil , sur les conseil d’un médecin je suis allée consulter une psychologue cĺinicienne. Il nous a fallu que quelques séances pour poser le diagnostic: j étais victime d’ un pervers manipulateur et j étais sous emprise. J’ai coupe les ponts avec lui ( très dur pour moi, il me manquait affreusement), je l ai dénoncé a mon supérieur pour me protéger. Il m a crue car il en avait ete victime aussi. 3 semaines après, une autre personne a eu la promotion qu’il souhaitait avoir. Mon hiérarchique m a dit qu’il fallait considérer cela comme sa sanction. Au bout de quatre mois de silence de ma part et de multiples tentatives de contacts et de culpabilisations de la sienne j’ ai trouve le courage de lui dire que c était un menteur, un égoïste et un manipulateur et qu il m’avait fait du mal. Je lui ai demande s’il avait des remords.il m a dit non. Il n a rien nie, admis qu il avait du mal a ressentir quelque chose pour les autres et que ça ne lui posait aucun problème de manipuler les gens. Il m a dit ensuite de revenir. J ai tenu bon.Quelques semaines après il se montrait avec une nouvelle victime. Depuis je reste pro, je continue de travailler avec lui. Je vais mieux, j ai continue la thérapie pour comprendre ce qui m avait attire en lui et ou étaient mes failles (liées a mon enfance) ça m a été indispensable pour supporter tout ça. Pour conclure il n a pas change, il n en est incapable. C’est moi qui change.

  17. oui j’ai ete victime d’une PN encore en plein pouvoir.qui a reussi malgré mon licenciement ,une alerte DP ;CHSCT, inspection du travail a se faire passer pour la victime.
    A cette souffrance pour moi s’ajoute l’attitude d’une partie de l’équipe qui bien évidemment n’est pas au courant de grand chose et considère cette PN comme étant celle qui n’est pas respectée…les grands pervers sont reconnaissables à cette habileté qu’ils ont pour retourner la situation.
    pas de morale, du mensonge, pas de réflexion quand on pousse un peu la discussion, double jeu, bref, ceux qui ne sont pas dupes, sont ciblés.
    je travaille dans le social!!! immonde hypocrisie des ceux qui pratiquent l’inverse de ce qu’ils prêchent…j’ai réagi car je n’etais pas SEULE et que d’autres avaient compris.Merci au syndicat qui est un réel soutien quand la DG est malhonnete et n’assume pas son role de protection du salarié (eh oui on l’oublie par fois mais l’employeur est responsable )et qui m’a soutenue.j’en sors, mais c’est une épreuve.j’en ai eu les moyens psychiques et c’est une chance.à tous ceux qui le vivent: ne subissez plus, c’est justement parce que vous avez de la valeur qu’on vous cible.ne vous laissez pas détruire , personne n’a ce droit sur vous!il existe des instances pour vous défendre.Merci à l’inspecteur du travail qui m’a soutenue!!!il y a des gens biens!!plein d’encouragements à tous.

  18. Bonsoir,
    Si vous êtes la cible objectivement et sincèrement si vous en avez la possibilité, changez de travail. Si vous n’êtes pas la cible mais qu’il s’agit d’un(e) collègue alors allez lui parler à ce collègue, dites que vous savez ce qui se passe et aidez le à prendre conscience. Il ou elle est seul(e) et isolé(e) il lui faut du soutien pour retrouver la force d’agir. Karine

  19. Pour Amel Malheureuselent vous êtes tombée sur le parfait pervers narcissique Vous devez avoir compris depuis que tout était faux Il jouait un rôle qui lui a permis de se renforce au fur et a mesure ou il voyait que vous deveniez de plus en plus mal C est le principe de la perversion narcissique Il brouillait tout Par ces comportements contradictoires et flous il perturbait votre psychique et se nourrissait de votre mal être devant cette situation Dites vous que quelque part vous avez eu de la chance Il n a pas créé une situation privée ou il vous aurait totalement massacrée psychiquement et physiquement Vous sentiez bien que quelque chose n allait pas Croyez en votre intuition qui vous sauve Cet homme avait compris que vous aviez une faille et un immense besoin de fusion de reconnaissance Profitez de cette rencontre pour comprendre ce qui en vous attire ce genre de personnage et pourquoi vous avez ete attirée par ce genre d homme Tout était faux Tout n était que leurre pour vous démolir et lui permette de se renforcer en vous voyant chuter Profiter de cette rencontre pour guérir quelque chose en vous et devenez forte et confiante en vous pour rencontrer et attirer des êtres sains et bienveillants Ne permettez pas su on vous manque de respect N aimez pas des êtres qui ne vous aiment pas et qui vous veulent du mal Si vous manquez de confiance en vous guérissez ce qui a induit cela en vous Il ne sert absolument a rien d essayez de vous faire aimer de gens qui ne vous aiment pas Allez vers les gens qui vous respectent et qui vous aiment Si vous pensez que vous ne valez pas la peine d être aimez c est seulement des blessures d enfances ou d adolescentes de personnes rencontrées à cette période de votre vie Mais ce n est pas vrai Vous êtes un être merveilleux mais vous ne le savez pas encore Arrêtez ce genre de relations Sélectionnez vos relations et ne gardez que les gens vrais et bienveillants
    Bon courage dans cette guérison et sans une approche de vraies relations basées sur le respect réciproque et le vrai amour

  20. Bonsoir Bia,

    La chose à faire pour votre collègue que vous pensez maltraitée c’est d’aller lui parler et de lui faire sentir qu’elle n’est pas seule. C’est très important car elle doit avoir tendance à s’isoler et à ne pas vouloir parler. Elle souffre seule et en silence. Il faut aussi lui conseiller de consulter quelqu’un qui pourra l’aider médecin du travail, médecin traitant, psy/coach…. Elle a besoin de votre support, de votre écoute et de votre compréhension. Si elle ne veut pas vous parler ne le prenez pas mal, vous aurez au moins fait passer le message que vous avez remarqué qu’elle n’allait pas bien. Courage dans votre soutien. à bientôt

  21. Bonjour,
    Voilà je voulais parler de mon expérience avec un collègue pn c’est très difficile car nous collaborons ensemble et je n’ai pas vu le phénomène venir. Il n’est pas cohérent dans ses dires, il aime plaire. Il marque beaucoup d’attention auprès de ses collègues et ensuite il est dans la critique constante. Il préserve son travail qu’il met fortement en avant ( j’ai pris contact, telle personne veut travailler qu’avec moi, j’ai mis en place des projets et tous ony réussi, …)
    Il dénigré les personnes celles qui peuvent lui faire de l’ombre.
    Il est toujours présents même en congé certains jours et il est au courant des moindres fait et geste des personnes de l’équipe. Je mettais son comportement sur les problèmes familiaux qu’il vit chez lui.
    Ce qui m’a la puce à l’oreille c’est son comportement avec une nouvelle collègue où il a embarqué dans un projet et en mettant en avant les avantages et en dénigrant les autres projets de la boîte. Il était attentionné, invitation, marque de gentillesse sur gentillesse, et sachant que sa relation avec son copain bat de l’aile il montrera ses qualités comme s’il était l’homme de la situation. Ensuite, ne voyant qu’elle ne tombe pas dans ses filets, car fidèle à sa relation il a commencé à être froid avec elle. Ne dis Bonjour qu’une fois sur 2, la denigre comme si elle était incompétente, il est derrière elle quant au projet, la met dans des situations où elle est mal à l’aise. ..

    Après lecture je vois mon collègue différemment et j’ai remarqué avoir été utilisée dans cette histoire mais malheureusement sur d’autres aussi.
    Depuis le début des attitudes me chipotent quant à son comportement sans savoir comment définir. Maintenant je crains pour la santé mentale de ma collègue qui encore dernièrement montre un visage fatiguée et triste avec un épisode où elle a pleuré. Comment faire pour l’aider car il est vraiment loin

  22. Bonjour Vali,

    merci de votre témoignage. Il es vrai que certaines personnes peuvent agir en toute impunité sans qu’il se passe quoique ce soit. C’est scandaleux et regrettable. Vous en êtes sortie et c’est ce qui compte maintenant pour vous. L’important c’est de penser à vous :). Dans mes voeux pour 2014 je vous souhaite santé, bonheur, joie, sérénité et de trouver un travail dans lequel vous pourrez vous épanouir:). Karine

  23. Bonjour Karine,

    J’arrive enfin à pouvoir l’écrire aujourd’hui, et je pense que c’est une grande avancée pour moi !
    J’ai été confrontée à une patronne (collègue dans le même temps). Elle a exactement procédée de la manière dont vous parlez sur votre site. J’avais confiance et du respect pour cette personne qui m’a malheureusement tout simplement manipulée pour pouvoir m’écraser et me jeter ensuite. J’ai voulu signaler le souci relationnel (harcèlement) à un moment donné, cependant les dirigeants (ses enfants) ne m’ont pas pris au sérieux (ils en étaient amusés) et l’ont pour ainsi dire laissée continuer sa destruction.
    Un collègue m’a dit un jour, quand elle veut se débarrasser d’un employé, elle ne le lâche pas et met tout en œuvre pour parvenir à ses fins et y arrive toujours (d’autres déjà ont été traités de la sorte). Cette personne est toujours en activité (+ de 65 ans) et continue d’agir avec le soutien de ses enfants, au dernières nouvelles un ancien collègue a dû démissioner en décembre dernier. De mon côté j’ai seulement été soutenu par un délégué avec qui nous avons tenté de trouver une « solution » tant j’étais au bord du gouffre. Ca s’est soldé par une « rupture conventionnelle » à ma demande en juillet 2013, puisque je n’en pouvais plus au point d’avoir pensé mettre fin à mes jours .
    A ce jour je recherche toujours un emploi !
    Ce qui me révolte, c’est que des personnes puissent agir ainsi en toute impunité. Il est important que tout celà soit mis au grand jour, et que ça puisse faire avancer les choses, j’espère que votre site y parviendra !

  24. Je connais bien ce genre de personnage j’ai vécu une année d’enfer avec un manager pervers narcissique (PN)
    Je ne vais pas vous racontez mon histoire puisqu’elle très longue. Je vais juste vous donner quelques conseils.
    Si vous croisez ces monstres en entreprise il y a deux possibilités:
    1°/ La fuite : dés que vous sentez que vous êtes sou l’emprise d’un PN, partez, changez de projet si possible pour éviter le licenciement ou la démission.
    2°/ Rester et éviter ses pièges : Ils ont une intelligence machiavélique donc même si vous restez faites attention a ne pas tomber dans leurs pièges. Avec eux garder toujours votre calme c’est très important, en entreprise ils vont vous harceler moralement sans que personne ne s’en rende compte. N’oubliez pas que ces prédateurs ne laissent aucune trace, aux yeux des autres ils apparaissent inoffensifs. Ils vont vous pousser à l’erreur ou bien ils viendront vous parlez dans le but de trouver vos failles pour ensuite s’en servir comme arme de guerre pour vous culpabiliser, vous dévaloriser et vous humilier dans le but que vous perdiez votre confiance en soi ce qui aura forcement un impact sur votre efficacité au boulot. Ensuite ils vont se servir de ça pour vous détruire moralement et plus vous avez mal, plus ils se réjouissent de votre souffrance, ils se nourrissent de ça c’est pourquoi parfois avant de vous libérer, il va se trouver une nouvelle proie.
    Ils détestent qu’on ne leur prête PAS attention ou qu’on les ignore puisque ça leur renvoie à leur propre complexe d’infériorité, c’est leur principal point faible (ils ne s’aiment pas).
    Pour les mettre en colère (je ne vous le conseil surtout pas), humiliez-les ou rabaissez-les en public, son image c’est ce qui compte le plus chez lui.
    Et si vous êtes victime, inutile d’en parler avec vos supérieurs, ils ne vous croiront pas puisque le PN est très stratégique, il anticipe les événements, pour se faire passer pour la victime après la phase de destruction.
    Dans ce cas, je vous conseil de partir et de couper les ponts avec ces monstres et surtout penser à vous reconstruire puisque après cette phase de destruction vous serez en état de choc.

    N’hésitez pas si vous avez d’autres question, on est là pour partager

  25. Bonjour,
    Merci pour cet article, j’ai fait un burn out l’année dernière et je suis en train de réaliser, en vous lisant tous, qu’une de mes collègues a toutes les caractéristiques du PN et qu’elle n’est sans doute pas étrangère à mon burn out.
    Par contre, j’avais parlé de mes problèmes avec cette personne, sans arriver à mettre de nom dessus, à mon chef, à ma n+2, au médecin de travail, … et la seule chose qu’on m’ait dite, à mon retour, c’est que j’avais un problème relationnel…
    Je voudrais savoir si vous avez des conseils pour identifier et gérer ce type de situation, il me semble qu’il est très difficle de détecter un collègue PN car rien ne se passe en frontal, officiellement cette personne ne vous veut que tu bien.

  26. Bonjour à tous,

    Je voulais réagir par rapport au message d’Amel, qui me fait penser un peu à ma situation. J’ai été confrontée à un pervers narcissique qui n’est autre que mon dentiste. En effet, beau parleur, séduisant, charismatique, il fait tout pour vous attirer, et ensuite change de comportement, et devient distant, froid. Cette expérience douloureuse m’a appris à me méfier de ce genre de personnalité originale, d’apparence chaleureuse mais qui vous flingue à la moindre occasion. Cordialement,

  27. à la lecture de ces commentaires, je me pose des questions sur ceux qui les écrivent, ils décrivent parfaitement ceux qu’ils ou elles considèrent « manipulateurs et pervers »!! sauf à vouloir en faire sujet de conversation entre amis, ça ne vaut pas la peine de s’attarder sur ce genre de personnage, qui se nourrissent de la crainte qu’ils inspirent (je ne sais pas si j’ai été assez clair!!) mais j’exprime ici le fond de ma pensée. LA JUNGLE

  28. je découvre votre site, je peux témoigner sur plusieurs sujets qui me touchent directement .Je choisis de commencer par ma récente trouvaille : une collègue PN.Je ne sais si elle rempli tous les critères, mais elle est en tout cas un « élément perturbateur » au sein de l’équipe dont je fais partie.Très speed, aucune capacité d’écoute, coupe la parole, intervient à tout bout de champ, cherche constamment à attirer l’attention d’autrui, pétrie de bons sentiments mais langue de vipère en « loucedé », elle utilise constamment l’expression « écoutez moi » tout en ne sachant ELLE absolument pas écouter(nous sommes dans un service de téléconseil clientèle, je ne vous dis pas à quel point elle peut braquer les clients)Elle est épuisante, pourrait être pour moi source de burn out car voyez vous je suis face à elle (en open space) car personne ne peut la supporter.Le management est bien trop « binaire » pour avoir pris le problème à bras le corps .C’est le plus navrant dans notre situation, que cette personne sévisse et em….tout le monde depuis des années et des années, en toute impunité, le monde du travail est vraiment malade.J’ajoute que je suis par ailleurs HQI et si j’en juge par les témoignages sur les forums nous serions une cible favorite pour les PN. Ma collègue ne m’a pas porté préjudice plus que ça, je sais me mettre en mode « shut down » mais j’avoue que j’aimerais bien qu’elle se calme et qu’elle nous foute la paix.Comment est-ce possible, peut-on sincèrement dialoguer avec ce genre d’individu, j’aurai tendance à lui parler franchement mais je pense qu’elle n’a strictement aucune capacité de remise en question et que l’on ne peut changer quelqu’un (cette dame a dans les 53/55ans, trop coquette pour nous dire son âge bien sûr!!)?

  29. Bonjour Amel,

    Bienvenue sur le blog et merci de votre retour sur mon blog :). Je comprends votre désarroi et votre souffrance. Vous n’êtes pas encore tombée dans le piège alors vite sortez-vous de cette mauvaise passe! Une des lectrice de mon blog m’a envoyé ce lien et il est important que je le partage avec toutes celles qui vivent cette situation – http://youtu.be/ueWVAzDZojw. bon visionnage et bon courage pour les décisions que vous allez devoir prendre. Je suis de tout coeur avec vous. Karine

  30. Bonjour,
    Je tenais d’abord à vous remercier du fond du cœur pour vos articles et toutes ces informations à propos de la manipulation et de la perversion narcissique, que je ne connaissais que très peu avant de tomber moi même sur un cas pareil malheureusement…Ce n’est pas très évident car je travaille toujours avec cette personne et c’est même un interlocuteur direct pour le travail. J’ai 28 ans et il y a près d’un an j’ai été embauchée dans une entreprise où j’ai rencontré un collègue sympa. L’attirance physique s’est faite ressentir tout de suite mais la divergence de la religion et le fait qu »il soit en couple était déjà une grande barrière entre nous…mais ce jeune homme passionné et passionnant, intelligent, artiste, sportif et charismatique s’est fortement approché de moi, m’inondait de compliments me parlait du matin au soir, jusqu’à devenir mon ami, mon confident…m’envoyait des mails sur ma boite perso lorsque j’étais malade ou en vacances, m’invitait au café à l’extérieur me disait qu’il pensait à moi le soir des fois, faisait des crises de jalousie me déconseillais tous les jeunes hommes qui voulaient se rapprocher de moi et même me proposait de tout laisser et partir avec lui un après midi, jouant au chaud et froid tout le temps…il est vrai que j’ai une part de responsabilité mais je me trouvais des excuses (l’amitié, un amour difficile, sa copine le délaisse, peut être que ci, peut être que cela,…). J’ai ensuite pris des distances, lui ai demandé de rester pro mais en vain, c’était comme si je lui demandais de devenir encore plus proche…jusqu’au jour où tous les deux nous nous sommes rendu compte à quel point je me suis attachée à lui, je pensais à lui tout le temps, essayait de comprendre, repassait ses mots ses gestes en boucles dans ma tête du réveil ou coucher, pleurait tous les jours et plongeait petit à petit dans une profonde dépression…et la monsieur a pris des distances, effaça numéro de téléphone et mails, vante sa relation avec sa copine, passe du temps avec les autres collègues femmes, allant jusqu’à ne plus me dire bonjour, me crier dessus devant les collègues, cela a même impacté le travail et lorsque je lui demande des explications, il s’excuse et m’affirme qu’il m’a toujours considéré comme une collègue et que je me fais des idées! tout en continuant à se retourner sur moi, à me regarder intensément…Je me suis affaiblie, perdu beaucoup de poids, vidée de mon humour de ma joie de vivre, pleure au bureau des fois, me pose exactement les même questions en me culpabilisant d’avoir été bête et cru en ses mensonges, un enfer que je vis quotidiennement seule jusqu’au jour d’aujourd’hui, car je vis loin de ma famille et ai perdu beaucoup d’amis de vue (mariage, expatriation, déménagement,…) ! Pour ma part le mot « manipulation » a été prononcé par une copine qui m’a tout de suite mise en garde contre cet individu d’autant plus que nous continuons à travailler ensemble mais je ne pouvais le croire, je ne pouvais croire que notre amitié n’était qu’un tissu de mensonge…mais voila je découvre grâce à ce blog que je ne suis pas la seule malheureusement et espère pouvoir trouver la même force que vous pour me relever…mais je ne sais pas comment!J’ai essayé l’indifférence mais ca le rend plus agressif, plus méchant…Par ailleurs, mon poste est hyper intéressant et je ne voudrais pas le quitter!

  31. Bonjour,
    Je suis déléguée du personnel dans une structure sociale (centre d’hébergement) qui a été peu structuré en terme d’organisation de travail durant de nombreuses années.
    Une de mes collègue de travail est une NP. Elle a déjà fait de gros « dégâts » avec des actions aux prud’hommes par exemple ou exerçant de des pressions soit sur d’autres salariés, soit sur des personnes accueillies qui présentent des fragilités. Elle a réussi à gagner ses prud’hommes et faire en sorte que sa cible (un autre salarié) soit mis en inaptitude. Les choses s’étaient un peu apaisé, mais récemment, les attaques reviennent, via notamment un courrier à la direction incriminant plusieurs personnes. Un CHSCT extraordinaire a été mis en place, c’est durant cette instance que j’ai pu identifier sa nouvelle cible immédiate, puis les suivantes, à savoir tous les salariés qui avaient témoignés contre elle.
    Je suis dans une situation délicate, car cette personne est également délégué du personnel. Je fais parti des personnes incriminés dans le courrier envoyé à la direction. Le CHSCT a donc revêtit un aspect très particulier où je me suis tenu à mon stricte rôle de délégué du personnel.
    Son fonctionnement est toujours le même, attaque sur plusieurs personnes pour cacher son objectif, dénonciation de harcèlement sur elle pour que la médecine de travail intervienne et constate les souffrances des salariés (travail de fond qu’elle organise depuis des mois, voir des années. Elle a constitué des dossiers sur chacun des salariés, passe son temps à prendre des notes sur nous, garde les traces de tout ce qui peu être dit ou écrit, elle intervient peu en réunion ou alors s’atèle à la prise des compte rendu de réunion pour contrôler ainsi les écrits professionnels. Elle parle d’elle à la 3ème personne du singulier, et s’arrange toujours pour pouvoir justifier de son harcèlement de détourner les conversations en ce faisant passer pour une victime.
    La question que je me pose aujourd’hui et de savoir comment faire pour arriver à dénoncer ses diverses manipulations extrêmement perverses avant qu’elle n’arrive une nouvelle fois à faire poser d’autres inaptitudes ?

  32. oui je suis accompagné par ma psychologue et mes amis.A l’heure d’aujourdhui jai tourné la page sur tt ca,enfin!Je me sens bcp mieux,je suis redevenu moi meme.Elle essais de revenir,mais voit que jai mis une enorme barrière,du coup ca l’agace et ca se sent.Ces personnes la sont incroyables!J’espère qu’aujourd’hui elle a compris et aujourd’hui tt ca ne m’atteint plus.Je suis pas mechante,mais j’espère qu’aujourd’hui elle le paie d’une certaine facon.

  33. Virginie,

    je comprends votre inquiétude et se sentiment d’être perdu et sans repère. Ce qui compte c’est votre ressenti. La manipulation vous fait vous remettre en question vous alors que vous êtes la victime. Etes-vous accompagnée dans cette épreuve? si ce n’est pas le cas je vous le conseille car cela vous permettra de vous reconstruire et de prendre la distance nécessaire à la sortir de l’emprise. De tout coeur avec vous :). Karine

  34. Loreline,

    sympa d’avoir de vos nouvelles :). Je pense surtout que vous avez fait le bon choix de vous faire accompagner et de suivre une thérapie 🙂 Cela vous permettra de prendre la distance nécessaire dans cette ambiance délétère en attendant une autre option plus sereine pour vous. Quand votre chef se donne en spectacle prenez une place côté spectateur et ne vous portez pas volontaire pour lui donner la réplique 😉 à bientôt. Karine

  35. Dans ce genre de situation Loreline,mieux vaut partir,c’est enervant parceque on n’a l’impression d’avoir perdu,mais on peut rien faire pour eux,on n’est pas responsable de leur malheur.
    Il faut prendre courage et rester forte et comme vous dites »Etre entouré » c’est important.Ces gens la se croient plus fort que tout alors qu’il n’en ai rien.
    Pour repondre a Antonin,je dis pas qu’il y’a pas souffrance chez les manipulateur,bien evidemment qu’il y’a sinon ils se comporteraient pas de cette manière.Mais nous evoquons simplement les degats que leur comportement puisse engendrer.C’est une sorte d’harcelement psychologique au quotidien,ce n’est pas rien.
    Jusqu’a aujourdhui j’ai du mal a m’en remettre,jy pense constemment.Je sais que je vais la revoir bientot sur mon lieu de travail,ca m’angoisse rien qu’a cette idée.J’essais de m’en sortir mais il est pas facile du tout.J’apprehende ses reactions,mon ressenti,car le lien de dependance est encore la malgrès tout.J’en viens meme a me posé des questions sur moi a savoir si j’exagère pas les choses…bref perdu.

  36. Merci à Virginie pour ton message de réconfort 🙂
    Rester entourée est très important en effet cela aide à ne pas sombrer parfois…

  37. Bonjour Karine,
    Pour faire suite à votre réponse, non je n’ai pas parlé à ma DRH de la situation car j’ai trop peur des conséquences… j’ai simplement dit que j’avais fait le tour de mon poste et que je souhaitais changer.
    La situation avec ma chef PN au quotidien est la suivante : elle me considère comme une nulle et incapable… quasiment aucune communication si ce n’est pour me faire des reproches ou bien me demander un service professionnel bien sûr…. elle est à l’affût de mes moindre gestes et notifie toutes mes «  »erreurs commises » » afin de me les ressortir lors de l’entretien annuel (elle adore observer les gens, les analyser, porter un jugement négatif bien sûr car elle est parfaite…).
    J’arrive maintenant grâce à ma thérapie à aller la voir et lui montrer les erreurs qu’elle commet (et oui elle en fait !!!) et là au lieu de s’excuser ou de dire à oui je me suis trompée et bien elle vous dit « ah j’ai tellement à faire, je n’ai pas vu »… drôle non ?
    Bref, ce n’est pas valorisant pour moi car je sais qu’elle me dénigre et du coup ma confiance dans mon job est amoindrie… j’y travaille mais tant que je serais avec elle ça va être dur…
    En réunion, elle est capable de dire devant tout le monde : « ici le consensus c’est moi et celui qui n’est pas content, il se casse »… elle adore montrer qu’elle est le leader elle adore se montrer en spectacle. Elle ne parle que d’elle et s’écoute parler, bref, j’attends avec impatience une opportunité de partir et il me tarde croyez moi…
    Que pensez-vous de son attitude ?
    Merci pour tous vos précieux conseils et bon courage à tous !

  38. Bonjour Antonin,
    Merci pour votre commentaire. Sur ce blog personne ne cherche à stigmatiser, détruire ou même à juger promptement qui que ce soit. Il s’agit de prendre conscience, comprendre et d’expliquer un comportement dont l’impact néfaste n’est plus à démontrer. Effectivement la perversion narcissique est une pathologie. Si il y a souffrance chez le PN cela ne légitime ni n’excuse en aucune manière le mal fait à autrui. Pour le reste, vous êtes libre de vos jugements sur autrui et sur vous même.

  39. Bonjour,
    on dit de moi que je suis un pervers narcissique,J’aimerai faire taire ces personnes.J’ai une tendance a la contradiction c’est vrai mais plus dans un soucis d’équilibre et d’équité.Je m’intéresse a la vie des gens et a leur expérience de la vie pour les comparé au miennes mais je ne pense pas que ça fasse de moi un pervers narcissique.Je trouve que la description comportementale que vous fait du pervers narcissique englobe des symptômes d’autre pathologie moins stigmatisant.De plus la perversion narcissique manipulatrice est (je crois) reconnue comme une pathologie donc une maladie ,donc le PN souffre aussi.Alors pourquoi vouloir le détruire et le stigmatisé plutôt que de l’aidé a sortir de ces schémas. Ne seriez vous pas un peu perverse et sadique vous même???

  40. Merci Bcp.Il est clair que je n’y suis pour rien dans cette situation,mais elle a vite senti mon côté généreux,à tt donne pour quelqu’un,mon côté dépendante affective.Ceux sur quoi je travaille actuellement avec ma psychologue.Le tout c’est d’arrêter de se remettre en question en se disant c’est peut être nous qui nous faisons les films,mais quand j’y réfléchies on peut pas inventer ce genre de chose.Malheureusement pour moi,j’en n’ai parler à 2 de mes Collegue avec qui je suis proche et n’y croit pas vraiment et pense plutôt que c’est moi qui a un problème.Cest fou,elle passe bien aux yeux des gens.

  41. je ne sais pas si elle abandonnera mais je suis sure que vous avez plus à gagner à ne plus rentrer dans son jeu qu’à essayer de la comprendre. Il s’agit de vous défendre, de montrer votre désaccord et exprimer clairement votre volonté de ne plus être son jouet, sa victime, bref sortir du « jeu » pervers. Plus vous tiendrez sur cette ligne moins elle aura de prise sur vous. Les agressions peuvent se faire un temps plus virulentes (il s’agira d’être encore plus ferme sur votre position de votre côté) mais elles devraient se calmer avec le temps n’ayant plus aucune prise sur vous. Il est difficile de savoir pourquoi un PN porte son dévolu sur telle ou telle personne car la mécanique du PN est en place depuis longtemps et relève de l’enfance. En tout état de cause ce n’est pas votre objectif à vous de savoir pourquoi elle agit de la sorte. En effet si elle a prise sur vous, vous ne pourrez vous en sortir qu’en sortant du « jeu pervers ». Si cela peut vous rassurer vous n’êtes pas responsable, vous n’avez rien fait de bien comme de mal qui ait pu faire qu’elle jette son dévolu sur vous. Vous étiez là offrant une résonance à son mécanisme PN. C’est injuste, triste et cause beaucoup de dégâts mais celle qui compte c’est vous 🙂

  42. Merci beaucoup en tt cas.Ce que je me pose comme question surtout c’est pourquoi choisir tel ou tel victime et pas une autre,qu’est ce qu’il recherche…Et surtout le fait de ne jamais se remettre en question,j’ai du mal a comprendre.Bref ne pas chercher!Mais le fait que je rentre plus dans son jeu,vous pensez réelement qu’elle abandonnera,en sachant qu’on bosse au meme endroit,meme roulement,on n’a pas de choix que de se cotoyer.

  43. Les ignorer ou leur renvoyer la situation: « tu me fais du mal et je refuse de te laisser me faire cela » et surtout tirer les conséquences de ce refus. Il est difficile de prévoir ce qu’un PN peut faire. Face à ces frustrations il peut développer des angoisses, des dépressions ou rien du tout car trop centré sur lui même pour voir que quelque chose cloche chez lui. Ne vous inquiétez pas pour les questions 😉

  44. Les mettres face a leur réalité c’est les ignorés a ce que je dois comprendre?mais justement que se passe t’il quand ils se retrouvent face a eux meme?

    désolée pour tt ces questions mais c’est juste que l’on sait jamais a quoi s’attendre.

  45. Virginie,

    La violence physique est une « corde » que certains PN ajoutent malheureusement à leur arc, mais ce n’est pas le cas pour tous. Ils usent en revanche tous de violence morale et verbale, mépris, humiliation, volonté de destruction de l’autre. Ne vous inquiétez pas pour le/la PN et gardez-vous bien de les rassurer ou de leur trouver des excuses ils n’en ont pas. Il faut les placer face à leur réalité et rien d’autre.

  46. MERCI bcp pour vos reponses,mais est ce que le manipulateur ou pervers narcissique peut se sentir mal et se retourner contre lui meme?s’il ne trouve une autre victime.
    Et est ce que un pervers narcissique est forcement violent?

  47. Alezan,

    merci encore pour votre partage d’expérience et du message que vous délivrez: qu’il y a de la lumière au bout d’un tunnel parfois bien sombre. à bientôt Karine

  48. Bonjour Virginie,

    Vous posez une question très juste: quelle différence entre un manipulateur et un PN? Pour rebondir sur la réponse que j’ai fait à Loreline: le manipulateur sait ce qu’il fait et l’autre pas (ou moins). Le manipulateur ou tyran adulte manipule tout le monde, un PN n’a souvent qu’une seule victime. Bravo pour votre positionnement par rapport à votre collègue je sais que ce n’est pas tous les jours simple mais vous êtes dans la bonne approche car on ne doit surtout pas prêter d’attention à ce type de personne pour s’en sortir soi même. Courage 🙂 Karine

  49. Bonjour Loreline,

    Je dois déjà vous féliciter d’avoir réussi à ne pas rester isolée et d’avoir réussi à en parler. Vous êtes dans la bonne démarche. Je comprends que ce n’est pas tous les jours facile et que vous tenez le choc tant bien que mal. En dehors de vous proposer d’attendre qu’un autre poste se libère que vous a proposé votre DRH? Il est de la responsabilité de l’employeur de faire cesser ce type d’agissements sans attendre. Vous laisser dans une situation de détresse n’est pas répondre à son obligation. Pour répondre à votre question de savoir si un PN sait qu’il est un PN : Il est clair qu’ils jouissent de ce qu’ils font subir aux autres mais je dirais que majoritairement les PN n’ont pas conscience d’être des PN car ils sont dans le déni le plus total. Je reprends l’excellent article parut dans « le monde de l’intelligence » fév/mars 2013 sur la différence entre adulte tyran ou PN : « Le PN est dans le déni de sa responsabilité, de l’origine de ses actes et de leurs conséquences […] l’adulte tyran, à l’inverse, sait pertinemment qu’il agit égoïstement, au détriment des autres… ». Tout mon courage vous accompagne dans cette période difficile. Karine

  50. Loreline entoure toi des personnes les plus proches,quitte a se faire suivre pas un psychotherapeute,afin de retrouver tt l’estime de soi.Il est important de s’entourer de bonnes personnes qui t’apprecies vraiment pour ce que tu es.Parles en,ne t’isoles surtout pas.

  51. Merci Karine.J’ai bel et bien abandonné la relation,je dis pas que c’est simple,mais c’est la seule solution.Meme si par moment je sens qu’elle essais de revenir.Ce qui est pas simple c’est que nous frequentons les memes personnes au boulot,du coup,on n’est un peu forcé de se parler,meme si ca reste froid.Le tout est de pas retomber dans l’affectif,ce qui est mon problème.De rester professionnel et c’est tout,de pas chercher a la recontacter.Et surtout de ne pas lui donner de l’importance.Pour repondre a Loreline,d’après ce que j’ai pu lire et comprendre les PN s’ont conscient et en jouissent,c’est leur manière de fonctionner,ils ne savent que manipuler et faire du mal,sans aucun scrupule,etant donné qu’ils sont incapables d’aimer qui que ce soit.Et c’est le seul moyen qu’ils ont trouvé pour se sentir valorisé.Apres pour ma part j’ai du mal encore a faire la difference entre un manipulateur et un pervers narcissique?

  52. Bonjour,
    Je remercie Alezan pour son témoignage : je me retrouve malheureusement dans ses propos…. (ne regarde pas dans les yeux, arrange tout à sa manière en mentant et en inventant des prétextes et s’écoute parler (elle n’écoute que si cela n’a un intérêt pour elle et si elle « considère ou pas » la personne en face d’elle… moi par exemple elle détourne la tête lorsque je parle…).
    Ma chef PN m’observe, me détaille beaucoup et son regard est fuyant et malhonnête, elle a toujours raison, fait toujours mieux que les autres, se sert des gens pour ses propres intérêts et peut changer d’avis ou de position dans une même journée sans aucun scrupule et donc vous faire passer pour une imbécile !
    Je consulte toujours ma psy et je suis très bien entourée côté maison et côté boulot (où j’ai une confidente qui est au courant et qui elle aussi l’a démasquée…). J’ai perdu toute confiance en moi ainsi que l’estime de moi même…. c’est très très dur… j’ai demandé à ma DRH de changer de service mais il faut attendre une opportunité… il y a donc des jours avec et des jours sans.. quand elle n’est pas là je me sens libérée d’un poids !
    Pensez-vous que le ou la PN sait il/elle qu’il/elle est PN ou bien peut on considérer que c’est une maladie ?
    Merci encore pour tous ces témoignages !
    Loreline

  53. Bonjour Karine,

    Oui, c’est l’expérience la plus malheureuse/douloureuse de ma vie, et je ne souhaite pas, même à mon pire ennemi, de vivre cette situation. Les dégâts sont considérables.

    Cependant, avec la conviction que le mal était sérieux et profond au moment des faits, je me suis promis-juré-craché que je ressortirai plus fort de cette expérience. Aujourd’hui, c’est le cas, mais le travail a été long, très long, avec une psychothérapeute, mon kiné, mon médecin et surtout, avec le soutien de ma famille et de mes amis. Sans eux, j’aurais été réduit à l’état de loque humaine. Ils ont été mes béquilles pendant de longs mois, m’ont aidé au quotidien, même si le sujet du harcèlement et de la manipulation ne leur parle pas vraiment. Ils m’ont fait sentir leur amour et leur amitié en permanence, donné de la chaleur et de bons moments dans les instants les plus critiques.
    J’ai bénéficié d’un environnement privilégié pour m’en sortir et je n’ose pas imaginer les dégâts sur ceux qui restent seuls dans cette situation.

    Je voudrais donc délivrer ce message à ceux qui sont seuls (et aux autres aussi) : ne restez pas enfermés, sortez de votre coquille et de chez vous, voyez du monde, entourez-vous de gens qui vous aiment et vous apprécient, même s’ils ne comprennent pas votre situation. Tous les petits gestes d’affection, de tendresse, de chaleur sont bons à prendre pour retrouver estime de soi, joie, santé, énergie, confiance. Une fois l’épreuve traversée, la route paraît beaucoup plus belle, plus dégagée. L’avenir et les projets reprennent le dessus.

  54. Alezan,

    merci pour cela, on sent encore l’expérience malheureusement vécue à travers votre commentaire. Vous décrivez très bien le comportement des nouveaux bourreaux modernes que sont les PNs. Le combat avec un PN est souvent perdu d’avance et la fuite fusse-t-elle vécue comme injuste est souvent la meilleure porte de sortie. Karine

  55. Bonjour,

    Pour avoir subi la situation, je dois dire qu’il y a des attitudes très claires qui permettent de déceler le manipulateur, le pervers narcissique :
    1/ Il ne vous regarde pas dans les yeux quand vous discutez, il fuit le contact et les entretiens s’il doit être seul avec vous. Ces gestes et son faciès sont en contradiction avec ses paroles. Votre interlocuteur a les yeux agités qui partent dans tous les sens : fuyez ; Tout ce qu’il vous dira est faux.

    2/ Ses propos relèvent du mensonge ou d’une situation fantasmée ? Attention, le pervers narcissique adore se valoriser sur des éléments peu vérifiables, immensément hors du commun et en plus il fait une comparaison avec votre travail ou vos résultats : danger ! Il mise sur votre ignorance pour assoir sa supériorité.

    3/ La morale est un de ses champs d’actions favoris. Mais attention, lui ne croie à rien, si ce n’est à son égo. Pour le reste, il va utiliser votre morale et vos valeurs pour vous indiquer que vous n’êtes pas à la hauteur, ni de ce qu’on attend de vous, ni de ce que vous êtes capable de faire ou d’atteindre. Bref, il s’appuie sur vos propres croyances et vos émotions pour vous insuffler le doute.

    4/ Même quand il n’est pas là, tous ceux qui le connaissent en parle. Il est un sujet de discussion récurrent. Le mal est fait, le ver est dans le fruit. Va falloir jeter le fruit pourri avant qu’il ne contamine toute votre équipe ou vous-même.

    5/ Dernier point qui me paraît important, c’est qu’il va invoquer des raisons logiques pour déguiser ses demandes. Ce point là est redoutable. Posez-vous toujours la question de savoir où il veut aller, pourquoi cette demande, pourquoi est-il si difficile à convaincre et ses réponses borderlines (sur le fil du sujet, mais en-dehors. Attention, ici, il est très subtile). Et ne croyez pas que ce soit pour le coup d’après. Non, le manipulateur a toujours 20 coups d’avances sur vous. Il vous faut voir loin pour le démasquer.

    Pour avoir vécu la situation, je peux vous garantir qu’aujourd’hui, quand j’ai un doute, en fait, c’est qu’il n’y a pas de doute. Toutes mes alarmes se mettent au rouge « vif » et je ne laisse plus rien passer.

  56. Bonjour Virginie,
    La situation doit être très difficile à vivre pour vous. Comme vous l’avez très bien identifié elle joue sur vos failles, la peur de l’abandon. Et si c’était vous qui abandonniez cette relation ? L’indifférence est la meilleure des stratégies même si je sais que cela peut être dur à vivre au quotidien. Basez vos relations avec elle au strict professionnel. Ne cherchez pas à lui rendre la monnaie de sa pièce en faisant ça elle gagne une fois de plus car tout votre temps et votre énergie sont concentrés à elle, même par la vengeance. Rapprochez-vous des collègues avec lesquels vous avez une bonne relation, elle va chercher à saboter ça aussi pendant quelques temps et ira se chercher un autre os à ronger ailleurs. Bon courage. Karine

  57. J’ai affaire a une PN.Nous travaillons ensembles et au tt debut de notre relation,je dois dire que jamais je n’aurais pu penser une telle chose venant d’elle.Nous etions très proches,on se charier beaucoup.Mais petit a petit j’ai ressenti un certain malaise.Quelque chose cloché chez elle.Elle alterné le chaud et le froid,elle me rabaissai sous forme ironique,il y’a des jours ou elle ne madressait plus la parole.Du coup toujours des remises en question de ma part,ne comprenant pas,je culpabilisé,j’avais un mal etre qui s’installer petit a petit.Et surtout a chaque fois que je ne lui preter pas attention,ou bien a chaque fois que je me sentais super heureuse,je sentais que ca la deranger et elle me le faisais payer en m’ignorant.Connaissant mes problème passé et que jai bcp de mal avec l’abandon.Elle s’appuyer sur ces failles.Et quand je pleurais que j’étais mal,elle en jouissait.Aujourdhui jai reussi a lui dire qu’elle me manquait de respect,elle refuse les explications.Ducoup nous nous parlons plus.Mais je sens qu’elle essais de me faire culpabilisé,essais de touché mes points faible,en s’accaparent mes collegues,de manière,a ce que les autres se mettent a l’ecart de moi.Aidez moi,car je suis perdu,elle arrive toujours a declencher des reactions chez moi,comment faire pour arretter tt ca,et surtout comment faire pour la contrer et lui rendre la monnaie de sa pièce?

  58. Bonjour Line,

    merci de votre partage. Effectivement le collectif et l’équipe de travail peut être aussi le harceleur. Vous avez réagit et su prendre la bonne décision pour vous. Votre expérience vous permettra si cela devait se reproduire d’identifier et de vous prémunir contre ce type de comportements. Vous êtes aujourd’hui dans un environnement ou vous avez retrouvé confiance et plaisir j’en suis heureuse pour vous, profitez en:)

  59. Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant.
    J’ai subi ce type de comportement venant de 3 personnes très soudées sur mon ancien lieu professionnel, c’était une véritable horreur puisqu’elles ont réussi à faire démissionner plusieurs personnes, moi y compris après 2 mois d’arrêt pour dépression j’ai décidé de m’enfuir et d’arrêter de me remettre en question pour des faits inexistants la plupart du temps (beaucoup de situations fantasmées par ces personnes) et surtout arrêter de subir leur destruction envers mon travail (au point de détruire des documents en mon absence !) et ma personnalité !
    Depuis fort heureusement grâce à un nouvel environnement professionnel j’ai retrouvé confiance et plaisir à travailler mais ces pervers narcissiques sont partout ! Comment faire pour lutter si cela se reproduit ailleurs ?
    On ne peut quand même pas s’enfuir à chaque fois … ?

  60. Bonjour Loreline,

    merci de partager votre expérience avec nous. Je suis sincèrement désolée que vous subissiez tout cela. Je suis de tout coeur avec vous. Vous avez bien fait d’aller voir quelqu’un pour vous accompagner dans cette démarche de reconstruction. Il est important de ne pas rester seule avec sa souffrance. Bon courage et tenez nous informés de vos démarches. Karine

  61. Bonsoir,
    Je viens de lire tous ces messages et me rend compte que je ne suis (malheureusement…) pas seule dans ce cas et donc je souhaite partager mon expérience.
    J’ai changé il y a 5 ans de service et cela fait juste quelques mois que j’ai mis un mot sur ma souffrance au travail PN ! il s’agit de ma chef… au début très charmante sympa donc propice à la complicité et aux discussions personnelles. Nous partagions le même bureau. Je sentais qu’elle m’épiait de plus en plus qu’elle voulait discuter plus perso que boulot.
    Petit à petit elle s’est comporté de façon différente : elle changeait souvent d’avis, prenait des décisions mais ne s’en rappelait plus les jours d’après et me disait qu’elle n’avait jamais dit ça et donc me mettait en position de faute… la fin de la 2ème année elle a attendu l’entretien annuel pour me balancer qu’elle ne me trouvait pas intéressée par ce que je faisais, que les autres se plaignaient de mon travail, que je faisais beaucoup de bourdes… alors qu’elle ne m’avait fait aucune remarque durant l’année écoulée..bref.. là j’ai eu du mal à m’en remettre, je n’ai pas compris, mais tant bien que mal j’ai repris le dessus.
    Deux années plus tard, elle recommence mais là pire ! elle me dit que je n’ai pas l’oeil qui pétille le matin en arrivant, que je n’ai pas la flemme, que les autres se plaignent de fautes permanentes dans mon travail, qu’elle me conseille de faire le point sur ce que je veux faire de ma vie, qu’il faudrait même que je prenne l’avion et que j’aille dans un autre pays pour faire le point… et j’en passe sinon je n’ai pas fini… bref là je suis tombé en déprime, j’ai pris une psy et j’essaye de reconstruire ma confiance en moi et mon estime de moi même. Dernièrement suite à une remarque en réunion devant 5 personnes « puisque c’est trop du pour toi ce que je te demande…! » j’ai pris la décision de demander un changement de poste et pris RDV avec ma DRH. C’est très dur car on ne voit rien venir et aucune preuve à fournir bien entendu.
    Je souhaite bon courage à tous !
    L

  62. Bonsoir Tarah,

    merci à vous d’avoir partagé votre expérience sur le blog. Vous avez su réagir et je vous en félicite car cela peut être très difficile tant on est tétanisé dans certaines situations. Vous avez entièrement raison c’est dans le partage et la parole que l’on arrive à trouver des solutions pour sortir de l’emprise infernale du PN. Merci 🙂

  63. Bonjour,
    Effectivement il ne faut pas hésiter à en parler, à sortir de sa détresse, je sais plus facile à dire qu’à faire, cela m’est arrivée dans le monde de l’entreprise, avec un PN que j’ai identifiée plus tard bien sur au bout d’un an de relation j’ai mis fin à cette relation toxique, chantage, culpabilisation, etc….tout était bon pour me terroriser avec ses phrases assasines, si la direction le sait tu vas pointer à l’ANPE enfin….je veux pas tout me remémorer car ma période de deuil est passé, j’ai mis deux ans quand même mais voilà oui je suis allée en parler à mon médecin généraliste, j’ai demandé son changement de service ensuite j’ai eu un rendez vous (à la demande de l’employeur hasard ou date prévue ?? avec le médecin du travail à qui j’en ai parlé, …une expérience, un chemin à faire …mais surtout ne vous isolez pas, parlez en et soyez fort et surtout si vous avez le choix coupez court, changement de boite e mail, numéro de tel, …BON COURAGE :-))

  64. Bonjour Angela,

    merci beaucoup à vous d’avoir partager votre expérience sur le blog. C’est aussi grâce au partage d’expérience que l’on arrive à prendre du recul et à trouver les meilleures solutions pour soi. L’expérience de chacun est unique et les contextes et le enjeux peuvent être différents mais c’est en agissant que l’on se sort de situation difficiles :).

  65. Bonjour,

    Je veux apporter ma pierre à l’edifice en racontant mon histoire d’employée harcelée par mon superieur hierarchique.
    Une fois realisée que je vivais quelque chose d’anormale, la premiere chose que j’ai fait c’etait d’en parler à mon medecin general, qui m’a tout de suite prescris 15 jours d’arret maladie. A mon retour, la vengeance du PN n’a pas tardé à arriver…de coup, j’ai pas hesité à prendre RV avec la medecine du travail et a en informer mon PN de chef..qui tout de suite c’est calmé!
    Ensuite, une fois le calme retrouvé, j’ai eu le temps de negocier avec mon RH les termes de la rupture conventionnelle de mon contrat. Tout cela pour dire, faut pas hesiter à faire du bruit et à communiquer notre detresse, cela fait trés peur aux PN!

    Cordialement

  66. Karine,
    Je vous remercie infiniment pour votre réponse rapide et vos conseils. En effet, je viens juste de lire un autre article rédigé par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé concernant l’harcèlement moral, qui conseille aussi de consulter d’abord le médecin traitant et un psy d’être possible. J’ai lu aussi vos articles recommandés qui me semblent très intéressants :). Je commence à avoir des meilleurs pistes, surtout pour cette première phase qui est très importante. Je vous tiendrai au courant par la suite. Merci pour votre soutien 🙂

  67. Bonjour Karol,

    La situation de votre mari doit être effectivement difficile à vivre et votre inquiétude est légitime. La première chose à faire pour votre mari est de sortir de l’emprise de son manager si c’est effectivement un PN. Sortir de son emprise ne veut pas dire démissionner. La prise de conscience des agissements de son manager est déjà le premier pas, le second pas va être pour lui de se faire accompagner par un psy/coach pour reprendre la maîtrise de sa capacité à réagir, à prendre de la distance pour prendre les bonnes décisions (démissionner/en parler à son DRH/porter plainte pour harcèlement/ se rapprocher de l’inspection du travail…). Parler de la situation l’aidera à y voir plus clair. Sur le côté légal et prévention : 1.consulter son médecin traitant et lui parler de la situation 2. Aller voir le médecin du travail et lui parler de la situation. Regardez dans la partie « juridique burn-out » du blog vous trouverez un article qui pourra je l’espère répondre à vos premières questions. Je suis de tout cœur avec vous deux. Le conjoint se sent souvent impuissant mais soyez certaine que votre mari a besoin de vous et de votre soutien dans ce contexte hostile pour lui. Je suis là ainsi que les lecteurs du blog pour vous soutenir dans cette phase difficile. Tenez-nous au courant. Ne vous inquiétez pas pour votre français il est très bien 🙂 Karine

  68. Bonjour Karine,
    Je me trouve aujourd’hui dans une situation très angoissante. Après plusieurs recherches sur internet, je me rends compte que mon mari est victime d’un Chef PN. Il lui dévalorise et critique en public à chaque fois, il n’est jamais satisfait de son travail même si mon mari fait le meilleur possible. Il parle mal de mon mari aux autres collègues alors que mon mari est son subordonné direct. Tous les jours pareil. Mais cet homme est très paradoxal, de fois il se comporte bien avec mon mari (pas la plupart de temps bien entendu), donc on ne comprend pas son jeu et son objectif. Ça fait presque 7 mois que mon mari travaille pour cet employeur et lui il en souffre de plus en plus, J’ai surtout peur qu’il ait perdu la confiance en lui même ou qui rentre en dépression. Je souhaite vraiment lui aider mais je ne sais pas comment. Je parle beaucoup avec mon mari, il reconnait que cet homme est définitivement un PN. Sur internet on lit souvent que le meilleur est la fuite, mais hors de question de démissionner!! nous dépendons 100% de ce salaire. Et si mon mari parle avec le DRH ou le Président de l’entreprise? Il risque aussi que la situation se revers contre lui puisque apparemment cet homme s’entend bien avec hiérarchie. Alors, quel est le meilleur à faire? Faudra-t-il que mon mari aille chez un psychologue pour se reconstruire moralement? faire appel a la justice? ou parler avec le Président et prendre le risque? Malheureusement cette situation devient incontrôlable. Merci pour votre réponse et dessolée si mon français n’est pas tt a fait correcte, je suis étrangère marié à un conjoint français.

  69. Bonjour Franck,

    merci de votre commentaire très juste. Il n’est effectivement pas simple d’établir une typologie exacte du comportement des PN, même si les grandes lignes sont aujourd’hui connues. Tout comme les mauvaises herbes ils se réinventent et savent s’adapter pour mieux arriver à leurs fins. Karine

  70. Oui c’est compliqué de mettre des mots décrivant des comportements aussi pervers.
    la subtilité de PN peut aller encore plus loin, le PN il saura mettre une pause à sa perversion pour se fondre dans le groupe et faire oublier aux moins armés qu’il en est un. Les victimes en deviennent alors encore plus fragile parce que leur propre jugement est mis à mal, ils viennent a se demander si ils n’ont pas jugé le PN un peu rapidement, ce qui laisse au PN la porte ouverte.
    Malheureusement beaucoup de gens n’ont pas les armes pour comprendre tous ces mécanismes au quotidien et en sont les victimes sans comprendre d’où vient la menace.

  71. Bonjour Seb,

    merci de votre commentaire. En fixant des objectifs et en demandant des explications sur les faits vous êtes selon moi dans votre rôle de manager. Si la forme est au rendez-vous (?) alors gardez le cap car il est légitime. Votre collaborateur a peut-être des difficultés avec le management par objectifs auquel cas donnez lui un peu de temps pour s’y faire – courbe du changement à prendre en considération. Si il a une vraie tendance pervers narcissique (ce qui reste rare) alors il prend vos actions comme une tentative de contrôle – ce qu’il ne doit pas aimer du tout. Bon courage. Karine

  72. Je gère une personne qui selon ma médecine du travail est maintenant identifié comme pervers narcissique.
    Vous soulevez la question de comment lever le voile. Dans ma situation, c’est en refusant chaque sous entendu, en demandant des explications et fixant des objectifs simples que la situation explose. Maintenant il se pose à mon endroit en position de victime et s’est mis en arrêt maladie… Pour harcèlement je pense ?

  73. Bonjour Sylvain,
    Merci pour votre commentaire et bienvenue sur le blog. La personne qui a une personnalité de type pervers narcissique est en recherche constante de pouvoir elle fait donc tout pour gravir les échelons.On peut aussi trouver des pervers narcissiques à tous les échelons de la hiérarchie car les formes de pouvoir sont multiples et pour eux mieux vaut un petit pouvoir que pas de pouvoir du tout. Karine

  74. Bonjour ,
    En effet , le (ou la ) pervers narcissique est une engeance que l’on rencontre de plus en plus fréquemment en entreprise .Je confirme que ce sont la plupart du temps des cadres. pas facile de les repérer de prime abord mais la description faite , dans l’article plus haut , de leur comportement , est de nature a nous y aider . Merci
    Sylvain

    Ps : quel bonheur que de disposer de plus de 140 caractères pour écrire !

  75. Bonjour Nadia,

    Vous posez une question très juste et les situations peuvent être très différentes d’une personne à l’autre. Dans un premier temps la prise de conscience que vous avez d’avoir à faire à un manipulateur est votre premier réflexe de sauvegarde. le fait d’être conscient de la tentative de manipulation et de ses mécanismes rend cette dernière beaucoup moins efficace et vous permet de mieux et plus vite réagir si une situation vraiment difficile se présentait (je pense au harcèlement) … mais attention toute de même à ne pas vouloir essayer de contrôler l’incontrôlable au risque d’y laisser votre santé mentale. Bon courage et merci pour votre commentaire :). Karine

  76. Très réaliste, très vrai…mais quand le pervers narcissique se trouve être votre manager…que faut il faire???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *