Comment vous défendre contre un employeur qui ne veut rien entendre

Burnout : comment vous défendre contre un employeur qui ne veut rien entendre

L’objectif de ce blog est d’échanger avec vous et de vous apporter le plus d’informations touchant de prêt ou de loin à la problématique du burnout (épuisement professionnel). Il était donc nécessaire de passer en revue les droits, obligations et recours qu’un salarié touché par le burnout a à sa disposition. Il faut toutefois garder à l’esprit que le premier réflexe avant toute démarche est d’aborder votre situation avec votre manager ou la personne en charge des Ressources Humaines de votre entreprise. Bien des solutions peuvent être trouvées et mise en oeuvre pour vous aider. La démarche légale étant celle du recours en dernier ressort face à un employeur qui reste complètement hermétique (ils existent mais sont heureusement minoritaires).

 L’employeur est tenu à l’égard de son personnel d’une obligation de sécurité de résultat qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer de manière effective la sécurité et protéger la santé des salariés. Pour autant vous et moi savons que tous ne sont pas au rendez-vous et que notre santé est aussi entre nos mains.

Maître Eric ROCHEBLAVE, Avocat au Barreau de Montpellier, spécialiste en Droit du Travail, Droit de la Sécurité Sociale et de la Protection Sociale, a très sympathiquement accepté de nous faire part des 6 premiers réflexes à avoir quand on est victime d’un burnout et que l’employeur est hermétique à toute discussion :

  • Aller voir son médecin traitant et obtenir un certificat médical explicitant la situation vécue en lien avec l’activité professionnelle
  • Se faire accompagner par un avocat
  • Constituer un dossier médical alimenté de tous les éléments en lien avec la situation que vous traversez (historique des arrêts maladie, photocopie des ordonnances ; dates des rendez-vous avec un psychologue, un coach…)
  • Demander un rendez-vous au médecin du travail et lui faire part ouvertement de la situation et des symptômes du burnout qui sont les vôtres
  • Réunir un dossier constitué des éléments professionnels qui vous conduisent à cette situation de burnout (emails, planning, courrier reçu…)
  • Prendre conscience que la route sera difficile pour faire reconnaître vos droits mais que les chances de réussites sont réelles

Merci à Maître Eric ROCHEBLAVE pour ces conseils; vous pouvez le retrouver sur son blog où il a consacré quelques articles auburnout.

Si vous avez eu à faire reconnaître votre situation de burnout et à vous battre pour la préservation de votre santé au travail, venez partager votre expérience avec nous sur ce blog.

Karine Branger

8 réflexions au sujet de « Comment vous défendre contre un employeur qui ne veut rien entendre »
  1. Je suis une femme de 50 ans et après 18 ans d’ancienneté mon entreprise grand groupe français m’a viré pour faute grave sans indemnité bien évident et après des mois d’ harcèlement
    J’étais déjà épuisée et en dépression mais ma mise à pied a fini par m’achever
    Je ne suis pas la seule à dégager pour faire augmenter les dividendes des nouveaux actionnaires
    Je suis en procédure mais les délais sont tellement long
    Je risque de tout perdre ma maison ma famille
    Je pense même à me foutre en l’air certains jours
    Le combat est inégal
    Je peux plus
    Un grand coup de gueule

  2. Bonjour je viens ver vous car je pense être en train de faire un burnout du a mon travail mais mon médecin pense lui a une petite déprime ( un peu de paroxetine et ces repartis)
    Je suis préparateur de commande dans un drive bien connu
    En poste en cdi depuis 2 ans et demi je nais aucune perspective d’évolution
    En poste 6 jours sur 7 avec juste le dimanche en repos et 3minutes de pause par heure travailler d’où une accumulation de fatigue.de plus ma hierachie fait tout pour me faire craquer (refus de pause pour des motifs futil, refus des congés payés à répétition et je parle pas de la façon de nous prendre pour de la mer….) et surtout depuis qu’il mon refuser une rupture conventionnelle ils ne veulent que des démission rien d’autre!
    A votre avis quel sont mais solution
    Merci davance

  3. bj ma fille est en bournaoute depuis 1ans et plus que doit elle faire rester en maladie ou voir pour une reconnaissance maladie profesionnelle et là il est arrivé un problele en plus sans rien avoir oublié elle attend un bébé que dois t’elle faire qu’elle sont ces droits merci de me répondre rapidement

  4. J’ai fais un burn out en août 2012 consécutif à un rythme de travail de 6 jours sur 7 et des semaines de 70 heures pendant 10 mois dans un contexte discriminatoire pour les femmes et une menace constante de licenciement sans compter le harcèlement sexuel dont j’ai fais l’objet. Je me suis battue au maximum pour résister à cette pression mais en août 2012 j’ai subi une agression verbale très violente ayant entraîné un choc émotionnel (médecine du travail et médecin) notamment un syndrome post traumatique. un diagnostic de syndrome anxio dépressif sur burn out et dépression ont été fait par le médecin. une plainte pénale a été enregistrée le 08/2012 en octobre 2013 une enquête judiciaire à été lancée. elle est toujours en cours. toujours en cours. la procédure prud’homale dure depuis plus de 2 ans et en novembre 2014 soit 2 ans après elle va passer en départage…
    Je suis toujours traitée pour dépression. j’ai tenté une immersion dans le monde du travail avec un environnement quasi exclusivement féminin mais j’étais épuisée moralement avec des crises de panique j’ai démissionné pour un poste ou je devais travailler uniquement avec des femmes et on ma mis dans une agence avec 5 hommes. j’ai tenu 3 mois avec des infections à la chaîne aboutissant à mon licenciement. le monde du travail m’est anxiogène et je suis toujours une thérapie. j’ai pratique l’hypnose pendant plusieurs mois et aujourd’hui suit une thérapie comportementale. c’est un parcours de combattant que de faire reconnaître ce qui est vécu et le temps pourrait réparer mais la justice est lente et chaque pas fait en avant est perdu à chaque passage en justice

  5. Bonjour , effectivement la bataille légale qu’il faut parfois mener fait aussi partie du cheminement déjà difficile. merci de votre commentaire et bonjour au Canada:)

  6. Au Canada également, beaucoup d’employés s’épuisent et sont touchés par ce syndrome progressif. Et même s’il existe des moyens de s’en sortir, l’aspect juridique est toujours un sur-poids auquel il faut faire face.

  7. Bonjour Karine,

    C’est ce que je fais actuellement, je me bats pour faire reconnaître mon burn-out dû à la « NON » prise de responsabilité de l’autorité.

    De la violence au travail à été reconnue par la médecine du travail envers moi. Et l’autorité compétente n’a rien fait, aucune suite n’a été donnée.

    D’après ma psy, c’est à cause de cette non prise de responsabilité que je suis dans cet état d’epuissement physique et mental.

    Le problème c’est qu’en Belgique on ne sait pas vers qui se tourner. Dès qu’on explique son dossier beaucoup de porte se ferme peur de représailles.

    Et un avocat, je suis d’accord, mais tout le monde sait qu’un expert en la matière se paie quelque fois bien cher! Alors non seulement j’y mets la santé, mais si en plus je dois y mettre mes fiancés!!. Comment faire?

    Encore merci pour votre blog, bien à vous Isa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *