Comment faire le lien entre crise de panique et burn-out?

Même les médecins les plus chevronnés peuvent se laisser berner par les symptômes d’une crise de panique ! On y pense mais, avant de se pencher sur cette possibilité, on élimine d’autres pathologies. Et une fois le diagnostic finalement posé, beaucoup de temps s’écoule encore, souvent, avant que l’on n’évoque, comme cause possible de ces crises, un burn-out. C’est pourtant bien lui quelque fois qu’il s’agit de vaincre si l’on veut anéantir les crises.

Traiter une crise de panique quand elle est symptôme de burn-out : encore faut-il, donc, faire le lien !

Diagnostiquer une crise de panique : panique à bord !

Oui, les signes d’une crise de panique sont connus (voir notre billet « la crise d’angoisse, symptôme de burn-out« )… mais pas toujours reconnus ! Différents, d’une part, en fonction des individus, ils peuvent aussi, pour la plupart, être révélateurs de bien d’autres pathologies, purement physiologiques. Un médecin consulté pour des troubles digestifs, par exemple, cherche en priorité à soigner des maux de ventre sans nécessairement évoquer la possibilité d’une origine psychologique. S’il cherche la cause de ces dérèglements organiques, il parle plutôt d’habitudes alimentaires, d’un lien avec une autre pathologie éventuelle (tout aussi physiologique), d’un manque de ceci, d’un surplus de cela… Mais de crise de panique, point. Ce n’est qu’une fois toute raison organique éliminée et devant la persistance des ennuis qu’il évoque enfin la possibilité d’une origine psychologique.

Or ce processus prend parfois des années ! Ce laps de temps laisse amplement le temps, au patient, de s’embourber dans des crises de panique qui deviennent progressivement chroniques. D’abord un peu plus fréquentes, elles s’auto-alimentent, en quelque sorte : la crainte de devoir faire face à une crise… générant cette crise. Et le cercle vicieux n’en finit pas de tourner.

Établir un lien entre crise de panique et épuisement professionnel : encore moins évident !

Une fois le diagnostic établi, il faut s’atteler à une tâche encore bien plus lourde : trouver l’origine de ces crises de panique. Car traiter une personne sujette à des crises de panique, ce n’est en effet pas en traiter les symptômes. C’est aller chercher plus loin, dans ses émotions, dans le rythme de sa vie, dans ses contraintes et dans ses craintes…

Les causes potentielles sont nombreuses : phobie, traumatisme de l’enfance, séparation, dépression… On sait aujourd’hui que beaucoup de crises de panique trouvent aussi leur origine dans l’épuisement professionnel des personnes. Le lien, pourtant, est encore trop rarement établi. Et l’on perd un peu plus de temps à tourner en rond. Du temps qui, s’il n’est pour une fois pas de l’argent, vaut pourtant de l’or.

Ces crises de panique, si elles ne sont pas prises à temps, conduisent en effet nombre de personnes atteintes à tenter de mettre fin à leurs jours. Faut-il vraiment attendre d’avoir épuisé toutes les idées de diagnostic et d’origine du mal pour évoquer la possibilité d’un burn-out ?

Vous êtes vous-même ou connaissez une personne sujette à des symptômes de crise de panique ? Gagnez du temps en évoquant rapidement la possibilité d’un burn-out… et venez témoigner sur notre blog !

Karine Branger

Une réflexion au sujet de « Comment faire le lien entre crise de panique et burn-out? »
  1. bonjour,
    Je suis entièrement d’accord avec vos impressions. Par contre, pour l’avoir véçu je peux vous dire que cela laisse des traces sur le physique et le psychologique. On se croit sauver quand on a quitté le milieu néfaste mais cela est faux. On est malade, seul et incompris. Il faut se reconstruire avec les problématiques du chômage et de l’incompréhension des autres. Il faut faire face à sa famille. Il faut se battre contre les administrations pour cette reconnaissance dont à tant besoin et se stabiliser pour travailler car cela on n’en a besoin pour avancer. On doit arriver à avancer mais comment…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *