Reconnaître les symptômes physiques du burn out

Symptômes du burn out: ils sont aussi physiques

Émotionnels, psychiques, comportementaux, interpersonnels, les symptômes du burn out peuvent aussi être somatiques. La principale difficulté rencontrée par les médecins et leurs patients est alors d’identifier le lien entre ces symptômes et leur origine : qui se douterait qu’une otite pourrait en réalité trouver sa source dans un épuisement professionnel ?

Atelier-sos-burn-outLes symptômes du burn out sont nombreux

Le burnout provoque en effet une baisse des défenses immunitaires, rendant la personne vulnérable aux assauts microbiens et viraux. Rhumes, grippes, maux de gorge ou d’oreilles se succèdent alors… Penser burn out ne fait pourtant pas encore partie des réflexes au moment du diagnostic.

D’autres symptômes sont toutefois plus aisément associés à un burn out : troubles du sommeil, variations importantes en termes de poids (dans un sens comme dans l’autre), développement des addictions (tabac, alcool, drogue, médicaments), etc.

Stress : le plus courant des symptômes du burn out

Une fatigue physique devenant chronique malgré le repos peut aussi faire penser à un épuisement professionnel. Quant aux accidents cardiaques, ils sont fréquents chez les personnes soumises à un stress trop intense et continu, stress dont le burn out peut être une conséquence.

Vous pouvez consulter nos autres articles concernant les symptômes du burn out comme les symptômes interpersonnels. Les symptômes du burn out sont aussi émotionnels, ne passez pas à côté, ils sont de vrais signaux qui doivent vous alerter. Parlez-en à votre médecin, exposez lui vos douleurs, vos inquiétudes, votre anxiété et votre prise de poids soudaine, souvenez-vous il n’y a pas de petits symptômes mieux vaut être fixé!

Vous êtes confronté à un symptôme chronique que nul n’explique ? Pensez burn out… et venez en discuter sur notre blog ! Vous pourriez bien aider : vous aider en vous exprimant, ou aider d’autres lecteurs. Merci pour eux.

Cliquez pour d’ autres symptômes du burn out

Karine Branger

21 réflexions au sujet de « Reconnaître les symptômes physiques du burn out »
  1. Bonjour, je suis étudiant chercheur, je trouve que votre article est très intéressant. Je veux savoir à quelle date vous avez publié cet article. Je vous remercie

  2. bonjour, il y a deux ans j’ai fait d’apres ma neurologue, un burn out, et un avc a suivit depuis je suis toujours fatiguée et je n’arrive plus a assumer toutes les taches que je faisait avant, je suis assistante maternelle, mais a ce moment la, j’avais mon travail, des soucis pour le travail de mon mari, ainsi que des problemes de santé pour mes parents, a assumer, je n’existais plus moi meme, je vivais qu’a travers tout ceux qui avaient besoin de moi, depuis la vie me semble bien difficile tous les jours, je suis une autre personne depuis mon avc, alors je voulais dire a toutes les personnes qui se sentent depassée de ralentir, et de surtout faire la part des choses, entre ce qui est important et superficiel, car la santé est precieuse et on en est pas toujours conscient quant tout va bien, mais ca peux basculer tres vite

  3. Bonjour,
    Je suis infirmière-puéricultrice depuis 14 ans… J’ai aimé mon métier à ne pas pouvoir m’en passer. A faire des heures supp, toujours dispo, accepté les changements d’horaires, de jours de travail, de rotation : nuit/ jour n’importe quand, n’importe comment et ce pendant des années.
    Et puis un jour un clash s’est produit avec un cadre supérieur et j’ai eu la hiérarchie sur le dos pendant des années !!! Menaces à plusieurs cadres me demandant de signer mon incompétence/ ou ma démission et si je n’acceptais pas c’était l’hôpital psychiatrique…aucun soutien des syndicats qui reconnaissaient le harcèlement mais n’ont pas voulu se mouiller arguant qu’il fallait me défendre seule… et puis le personnel en plus des cadres s’y ait mis à tour de rôle si je ne quittais pas la région, je serai cataloguer malade mentale… Et c’est ce qui m’arrive aujourd’hui : après les menaces et les insultes, les coups et vols d’affaires personnelles et j’en passe … aucun soutien des médecins je suis arrêtée depuis presque un an !!! Personne ne croit à mon histoire… J’ai bien tenté de porter plainte depuis 5 ans, personne n’a voulu prendre ma déposition….

  4. Bonjour Karine,
    Tout d’abord merci pour votre retour positif sur le blog :).
    Certaines personnes ont besoin de beaucoup de temps pour se remettre d’un burn-out d’autres moins. Cela dépend surtout du moment auquel elles ont pris conscience de leur situation. Plus c’est tardif et plus cela peut être long.
    Le burn-out s’attaque au physique et au psychologique. Le corps est attaqué et là une seule solution consulter et se faire suivre par son médecin qui prescrira les traitements nécessaires. Sur le plan psychologique rien n’est jamais détruit mais mis à mal très certainement. La confiance (en soi, les autres), l’estime de soi, l’image de soi et l’identité (personnelle et professionnelle) sont à reconstruire. Là aussi dans ce travail le mieux est d’être accompagné par un professionnel qui va permettre cette reconstruction. Avoir une alimentation saine et variée est important car ce n’est pas le moment de carencé son organisme qui a besoin de retrouver toutes ses ressources. Les techniques sérieuses qui aident à réduire le stress peuvent être utiles. La sophrologie, la relaxation, la méditation ou même l’hypnose peuvent être un plus mais ne sont pas suffisantes à elles seules. A bientôt. Karine

  5. Bonjour Carine,

    D’abord merci pour cette série d’articles sur le burn-out, sujet qui m’intéresse fortement car je rencontre souvent des personnes qui y vont droit dedans !

    Pouvez- vous me dire , pourquoi physiologiquement, ça met autant de temps de se remettre parfois d’un burn out ?
    Qu’est-ce qui est  »touché », abimé, lésé, détruit par ce burn-out ? Qu’est-ce qui doit se réparer , se reconstituer physiologiquement ?
    Y a t-il quelque chose, des aliments, des compléments alimentaires, des médicaments, des pratiques corporelles qui permettent de stimuler cette reconstitution, cette réparation physique et physiologique ?

    Merci de votre réponse d’experte du burn out.

    Bonne soirée
    Karine Smagghe

  6. Merci Karine de nous faire découvrir ces fameux symptômes du burn out ! Vous ne savez pas à quel point vous êtes utile pour les personnes qui souffrent du burn out . Merci Beaucoup !

  7. Bonjour Tao,

    Quel plaisir de lire que vous allez mieux et que grâce à l’accompagnement vous retrouvez l’envie d’avancer. Vous avez amorcé le début de la reprise du contrôle sur vous même et vous témoignez très bien du fait que pour cela il faut d’abord lâcher prise; c’est le paradoxe:). Merci de partager vos avancées avec toutes les personnes qui vivent cette souffrance en silence. Bon courage pour la suite. à bientôt. Karine

  8. Bonsoir Karine,
    Un petit mot pour vous dire que ma situation a évolué : je vois depuis plusieurs semaines une psychologue du travail qui m’aide à y voir plus clair et surtout à supporter ce qui m’arrive au travail. A déculpabiliser notamment. Je n’ai pas mérité ce qui m’arrive et c’est l’autre, la personne qui vous agresse moralement, qui ne va pas bien. Il ne faut pas hésiter à se faire aider dans ces moments difficiles. Cela ne signifie pas que vous êtes folle ou coupable de quoi que ce soit. Juste que vous ne pouvez pas affronter des situations de travail difficiles car anormales. Une relation de travail ne se conçoit pas comme un combat sur un ring, c’est un échange constructif qui vise à un seul objectif : les intérêts de la société pour laquelle vous travaillez et ceux de vos clients. Pour ma part, la situation va évoluer dans le sens d’une inaptitude. Du moins c’est l’avis de l’équipe médicale qui me suit. Il faut savoir jeter l’éponge et passer à autre chose, surtout quand vous ne vous sentez plus appuyée par vos collègues. Je dois rencontrer un avocat prochainement qui se chargera de l’aspect judiciaire car je ne suis pas prête à partir en bonne intelligence. Je ne pourrai pas garder l’estime de ma personne si je partais sans me battre bec et ongles. C’est au dessus de mes forces et cela fait partie de mon deuil de ce poste dans lequel j’étais très investie (j’étais déléguée du personnel). J’ai encore quelques détails à régler avant de partir afin de n’avoir aucun regret. Ensuite, j’ai d’autres perspectives qui m’attendent. J’espère que les personnes qui se trouvent dans un cas à peu près similaire trouveront autour d’elles autant d’aide et de sollicitude que j’en ai eues. C’est important pour ne pas lacher prise et continuer à se battre.
    Courage à toutes et tous. Et merci de ce que vous faites.

  9. Isa, je vois que vous êtes entourée et c’est une excellente chose. Vous avez raison il va falloir vous défendre ou en tout cas faire quelque chose qui va vous permettre de vous rassurer et de vous sentir psychiquement plus en sécurité. Je ne connais pas bien la loi belge mais je vous conseille en tout état de cause de vous faire accompagner d’un avocat. Avant même d’aller dans une procédure, une médiation est peut-être possible. La fatigue est le symptôme le plus courant dans le burn-out. Je suis moi-même passée par là et je sais à quel point on s’en veut de n’être capable de rien dans une journée, d’avoir le sentiment d’être incapable de faire quoique ce soit surtout quand on était avant capable d’en faire beaucoup. Mon conseil est donc d’essayer de déculpabiliser et de vous reposer quand cela est nécessaire, autorisez-vous cela, vous en avez le droit votre souffrance est réelle même si mal connue. bon courage. Karine

  10. Bonjour Karine,

    Je tiens à vous remercier pour votre réconfort car beaucoup de personnes qui m’entourent ne savent pas ce que c’est d’un burnout et on l’impression que je suis seulement fatiguée en tout temps. Heureusement j’ai mon mari à mes côtés qui comprend et me soutien.

    En ce qui concerne mon médecin traitant elle m’a mise en maladie jusqu’en août 2012. Elle m’a également prévenue que ce n’était qu’un début, car j’avais voulu aller trop loin. Mais bon ça c’est moi, encore et encore…

    Par contre, pour la médecine du travail, c’est eu qui on fait la première analyse. C’est eux qui en on conclu de la violence à mon égard! Ici je compte les informer que rien a été fait au niveau des autorités suite à la violence au travail (moral) mais j’ai le sentiment qu’ils le savent déjà et qu’ils ne feront rien contre les autorités c-à-d les bourgmestres de notre collège de police.

    Ça me donne vraiment l’impression que dès que je frappe à une porte, elle s’ouvre, mais dès que j’explique mon histoire et qu’on voit qu’il faut aller contre un bourgmestre, alors la porte se ferme rapidement.

    Je suis suivie par une psy pour ces problèmes au travail. Elle même m’a dit que c’était par le manque de réaction du bourgmestre que la santé c’est dégradée à ce point, car il aurait du agir directement en 2010 contre cette personne maléfique.

    Je suis vraiment perdue et ne sais plus à quelle porte frappée. De plus, j’ai vraiment la sensation que je dois me défendre maintenant pour pouvoir le guérir. J’ai l’impression que si je ne fais rien, je n’arriverai jamais à sortir de ce burnout!! C’est affreux comme sensation.

    Si vous avez des conseillés à me donner surtout n’hésitez pas, ils seront les bienvenus. Encore merci Isa

  11. Bonjour Isa,

    Je suis sincèrement désolée de ce qui vous arrive et de ces difficultés qui n’ont que trop durées pour vous. La fatigue que vous ressentez fait partie du processus du burn-out, votre corps dit stop. Il est le premier rempart et il s’exprime sous différentes formes comme une fatigue physique très importante, une forte émotivité et aussi d’autres symptômes physiques comme ceux que vous avez eu ; écoutez votre corps et reposez-vous. Le burn-out est a prendre très au sérieux mais on s’en sort :). Je vous conseille si vous le pouvez de voir votre médecin et de lui demander du repos (s’il ne l’a pas encore fait). La première étape est de retrouver vos forces. Rapprochez vous aussi de votre médecin du travail et faites lui part de votre situation.
    Vous n’êtes pas seule; d’autres personnes souffrent du burn-out mais beaucoup n’osent pas en parler. Vous avez fait un grand pas en écrivant ces lignes.
    Je suis de tout coeur avec vous dans cette tourmente 🙂 K

  12. Bonjour Karine,

    Je viens juste de découvrir votre site. Pour résumer mon histoire en 2010 une collègue avec qui je m’entendais super bien à déposer plainte contre moi pour harcèlement à la médecine du travail. Je suis tombée sur mon derrière. L’analyse a durée quasi 1an ou j’ai du répondre à des milliers de question. La conclusion à donnée que je ne la harcelait pas, mais par contre qu’il y a avit de la violence au travail venant d’elle contre moi. À l’époque les autorités (bourgmestres)n’ont rien fait aucune sanction ne lui a été imposée!
    Aujourd’hui 2012, elle dépose à nouveau plainte contre moi, mais cette fois au niveau du parquet, pour les même faits hors que depuis 2010 nous avons été séparées de service. Et donc, je dois à nouveau répondre à des milliers de question.
    Finalement, et bien je me retrouve actuellement en burn out, je n’en peux plus je suis vidée. Je ne sais plus rien faire, je ne conduit plus, ne fait plus de shopping, ne participe plus à rien tellement je suis fatiguée. Je ne sais jamais de quoi demain sera fait.
    Ce mardi j’ai du faire venir le médecin car j’avais horriblement mal de gorge, mal dans la poitrine quand j’avale du liquide, je n’arrête pas de tousser, je suis essoufflee. Et d’après le médecin je n’ai rien c’est du au burn out!!! J’ai vraiment peur de ce burnout car il me fait vivre un enfer. Si des personnes vivaient comme moi un burnout, SVP, partagé le avec moi, car j’ai tellement peur d’attraper une saleté.
    Merci a vous a bientôt j’espère. Isa

  13. Bonjour Tao,

    il est vrai que dans votre situation de souffrance l’urgence est une dimension importante. Vous avez envie de vous battre c’est le début du chemin pour aller mieux. Ne baissez pas les bras même quand la souffrance est forte et que le moral est au plus bas. Même si ce n’est pas toujours facile mais autorisez vous des petits moments de plaisirs rien qu’à vous pour penser à autre chose. Des petites choses qui vous ouvrent sur autre chose que votre situation au travail. Pensez à vous pas à eux 🙂

    Karine

  14. Bonjour Karine,
    Oui, j’en parle autour de moi : mon ami, ma famille, des collègues étrangers à la structure. Tous sont d’accord pour me dire qu’il faut que je me batte et c’est ce que j’ai l’intention de faire. Mais avouez que les encouragements ne sont pas le tout ; un appui serait le bienvenu. Je suis en rapport avec le « défenseur des droits » qui traite mon dossier en priorité d’après ce que l’on m’a répondu. Je contacte des délégués syndicaux également. Mon ami doit contacter un avocat ce soir car il y a urgence : je suis convoquée la semaine prochaine pour une sanction disciplinaire… Sinon, j’ai fait une main courante au commissariat pour signaler le harcèlement de mon DRH.
    Même si les choses se font petit à petit, dans ces situations de mal, l’urgence est plus prégnante, rien ne va assez vite.
    Merci de votre soutien.
    Tao

  15. Bonjour Tao, je vois que vous êtes bien entouré(e) par les structures de santé au travail. Je sais que l’ensemble du process n’est pas facile et particulièrement éprouvant pour vous mais ne vous laissez pas abattre. Ne restez pas seul(e) dans cette épreuve, parlez-en à quelqu’un de confiance avec qui vous vous sentez libre d’évoquer vos difficultés. Avez-vous consulté un avocat? Je suis de tout coeur avec vous dans cette épreuve.
    à bientôt de vous lire.
    K

  16. Le médecin du travail a posé des limites bien précises pour encadrer mon activité. Mon aptitude est réévaluée tous les deux mois en attendant que mon poste de travail soit adapté. Mais ses préconisations ne sont pas respectées par l’employeur…
    Elle hésite donc à me déclarer inapte et attend le retour du psychiatre que je dois voir la semaine prochaine.
    Je commence à penser comme elle également mais les choses sont allées très loin dans cette affaire et le défenseur des droits traite mon dossier. Malheureusement, cela prend du temps et je ne sais pas si je tiendrai encore longtemps à ce rythme.

  17. Une situation bien difficile pour vous j’imagine. Qu’en pense le médecin du travail? il peut être un allié précieux quelques fois.

  18. Bonjour,
    Je souffre depuis plus d’un an d’otites à répétition (je travaille dans un standard…). Malheureusement pour moi, j’ai perdu 50% d’audition et suis depuis peu appareillée. Mon poste n’est pas adapté au port de prothèses auditives, ce qui fait que je suis obligée de les enlever pour travailler. cela me fatigue et réveille des douleurs d’otite. Depuis quelques temps, ce sont les migraines qui se déclarent systématiquement le jour où je travaille (je suis à temps partiel) et m’empêchent donc de travailler. Mon DRH ne fait rien pour arranger les choses car elle m’a changé de poste (je suis plus exposée au bruit) et m’envoie systématiquement des RAR (7 en 3 mois…). Je dois voir un psychiatre la semaine prochaine car je ne supporte plus cette situation : je dors mal, j’angoisse à l’idée d’aller travailler. Je ne peux pas m’arrêter car je travaille ailleurs que dans cette société. A noter que je suis reconnue travailleur handicapé mais seule face à ma hiérarchie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *