Accro au travail ? Faites une cure de désintox!

Burn-out! …Allez, cherchez. Vous pouvez bien ajouter quelques heures à votre journée pour travailler un peu plus… L’idée est tentante, en tout cas, non ? Nous vous souhaitons de répondre non. Parce que dans le cas contraire, vous pourriez bien faire partie de ces accros du boulot qui ne savent plus faire autre chose et risquent le burn-out. Ce peut être dangereux. Mais, rassurez-vous, ça se soigne.

Le jour, la nuit, vous ne pensez qu’à votre travail ?

Aimeriez toujours en faire plus ? Planifiez un maximum (et plus encore) d’activités sans être capable de déléguer ? (Evidemment, qui ferait aussi bien que vous ?) Votre désir de réussite en devient obsédant et seuls votre perfectionnisme et la manière qu’ont les autres d’évaluer votre performance au travail vous permettent de gagner en estime de vous-même ?

Alors là, c’est sûr, il y a un problème. « Boulotmaniaque » pour les uns, vous êtes aussi « alcoolique du travail » pour d’autres. Quelle que soit l’étiquette qu’on pourrait vous coller sur le front, vous vous en oubliez. A force de courir les louanges, de culpabiliser au moindre moment de détente, de fonctionner exclusivement en mode « crise », vous faites une croix sur votre propre épanouissement. Vous rétorquerez qu’au moins, vous êtes bien dans votre travail… faux et archi-faux, vous êtes au bord du burn-out (épuisement professionnel). Vous ne ferez croire cela qu’à vous-même.

Plus grave : après avoir envoyé votre épanouissement aux oubliettes, vous mettez aussi votre santé à l’index ! Car oui, le travail est devenu votre drogue. Pas d’overdose subite et mortelle en vue, mais un processus plus long, plus pernicieux, qui vous plonge progressivement dans une anxiété incontrôlable, une fatigue constante, un burn-out voire une dépression.

Une prise de conscience, tout d’abord, s’impose : contrairement à ce que vous aimez à faire croire en courant dans tous les sens, vous n’aidez pas forcément votre entreprise à gagner en compétitivité. Vous jetez, certes, pas mal de poudre aux yeux de votre boss. Est-il réellement dupe ? Avec votre fatigue, ce sont les erreurs qui s’accumulent, les accidents du travail qui se multiplient, les congés maladie qui s’allongent. Votre corps est au bout du rouleau et le fait payer à votre efficacité réelle.

Burn-out en vue….Calmez-vous!

Vraiment, votre objectif est votre carrière ? Alors commencez par vous calmer!

Facile à dire. Un premier pas est déjà franchi si vous parvenez à vous avouer votre «boulotmanie». Reste à vous faire aider pour lui faire la peau… et être enfin bien, vraiment, dans la vôtre. Discutez-en avec votre famille : peut-être trouverez-vous, dans le ressenti de votre conjoint, de vos parents, de vos enfants, quelques pistes. Si rien n’y fait mais que leur retour ne fait que confirmer votre premier diagnostic, n’hésitez plus à vous faire aider par un professionnel de la « désintox ».

Venez sans tarder partager votre expérience « d’Accros Au Boulot Anonymes » sur ce blog 🙂

Personnellement abstinence burn-out: 435 jours 🙂

3 réflexions au sujet de « Accro au travail ? Faites une cure de désintox! »
  1. A force de vouloir réussir dans notre carrière professionnelle, on oublie peu à peu qu’il existe bien une vie qui nous entoure ainsi que des gens avec qui on doit passer du temps. Et malheureusement, on se réveille en retard. Merci pour votre article, ça évoque ce problème et nous rappel qu’une désintoxication est nécessaire

  2. Merci Marie-Pierre, il est vrai que toutes sortes d’outils techno viennent augmenter la complexité de nos rapports aux autres et participent du stress grandissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *